L'influent sénateur américain John Kerry et le département d'État ont salué lundi la condamnation à 30 ans de prison par un tribunal international de Douch, l'ex-haut responsable des Khmers rouges chef d'une prison où ont été torturées 15 000 personnes.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Douch, de son vrai nom Kaing Guek Eav, à l'encontre duquel 40 ans de prison avaient été requis, a été reconnu coupable de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité.

«La condamnation d'aujourd'hui contribue à faire passer le message important selon lequel nous devons aspirer fermement à rendre justice à toutes les victimes de crimes horribles dans le monde», a écrit John Kerry dans un communiqué.

Le département d'État a rappelé de son côté le «soutien de longue date des États-Unis» aux efforts visant à juger les hauts responsables Khmers rouges, et salué «la décision historique» de condamner Douch.

M. Kerry a ajouté qu'il soutenait les enquêtes du tribunal international et a appelé cette juridiction à «refléter les impératifs de justice, de transparence et de réconciliation pour les Cambodgiens».

Agé de 67 ans, Douch avait la haute main sur la prison de Tuol Sleng, aussi appelée S-21, un ancien collège transformé en centre névralgique des purges sanglantes menées par les Khmers rouges. 15 000 personnes y ont été torturées avant d'être mises à mort entre 1975 et 1979, selon les estimations.