L'Australie a porté jeudi pour la première fois une femme à la tête du gouvernement, Julia Gillard, après l'éviction surprise au sein du parti travailliste de Kevin Rudd dont la popularité s'est effondrée.

William West AGENCE FRANCE-PRESSE

«Le prochain Premier ministre, la première femme Premier ministre de ce pays, sera Julia Gillard,» a annoncé un porte-parole du parti travailliste.

Cette ancienne avocate âgée de 48 ans née galloise a remporté les voix des parlementaires travaillistes rassemblés pour désigner un successeur à Kevin Rudd dont la popularité s'était effondrée après une série de revers politiques.

M. Rudd avait récemment démissionné de ses fonctions à la tête du parti après deux ans et sept mois passés comme chef du gouvernement.

«Je me sens très honorée», a déclarée Julia Gillard à la presse à sa sortie du Parlement à Canberra. Elle a immédiatement annoncé la tenue d'un scrutin dans les mois prochains.

«J'ai demandé à mes collègues d'apporter un changement en termes de leadership car je crois qu'un bon gouvernement était en train de s'égarer», a-t-elle dit. «Je n'allais pas demeurer les bras croisés».

Ce «putsch» au sein du parti travailliste a pris tout le monde de court, y compris les experts.

«La vitesse des changements opérés est hallucinante», a admis la politologue Elizabeth van Acker. «Hier à la même heure, rien n'augurait d'un tel scénario».

Mme Gillard, célibataire et sans enfants, devait prendre ses fonctions après avoir prêté serment devant le gouverneur général d'Australie, Quentin Bryce, dans la journée.

Le ministre des Finances Wayne Swan, qui jouit d'une forte popularité pour son rôle durant la crise financière, assumera les fonctions de vice-Premier ministre qu'occupaient jusqu'ici Mme Gillard.

Elu en 2007, Kevin Rudd avait mis un terme à 11 ans de pouvoir du conservateur John Howard. Cet ancien diplomate au visage poupin, surnommé «Harry Potter» à l'intérieur de son propre parti, avait alors permis à son camp de remonter des abîmes.

Et sa popularité restait forte il y a quelques mois encore. Mais sa cote a pâti de récents choix politiques des travaillistes: l'abandon du plan carbone alors que Canberra se voulait en pointe du combat contre le réchauffement climatique et le projet controversé de taxe sur les super-profits des groupes miniers.

Jeudi, Mme Gillard justement a pris le contrepied de son prédécesseur en annonçant la réactivation du plan carbone.

Kevin Rudd, 52 ans, est devenu le premier chef de gouvernement australien à être évincé depuis 19 ans. Son prédécesseur, Bob Hawke, avait été écarté en 1991.

«J'ai été élu par le peuple australien comme Premier ministre de ce pays (...) et j'ai vraiment fait de mon mieux», a-t-il déclaré, manifestement très ému, au cours d'une conférence de presse d'adieu aux côtés de sa famille.