Quelques milliers de manifestants favorables à l'ex-Premier ministre thaïlandais Thaksin Shinawatra ont manifesté vendredi devant le siège de la Bangkok Bank, plus gros établissement financier du pays, forçant la direction à interrompre l'activité pour la journée.

Mis à jour le 19 févr. 2010
AGENCE FRANCE-PRESSE

La banque a renvoyé ses 3 000 employés chez eux.

La manifestation des «chemises rouges» -1 500 selon la police, 10 000 selon les organisateurs - était organisée une semaine avant la décision de la Cour suprême sur la saisie de tout ou partie de la fortune de Thaksin, estimée à 2,2 milliards de dollars, qui pourrait compromettre l'avenir politique de l'homme d'affaires en exil.

Les manifestants affirment que la Bangkok Bank demeure très liée à Prem Tinsulanonda, jadis premier conseiller de l'établissement et aujourd'hui conseiller du roi de Thaïlande. Prem est considéré par les «rouges» comme le maître à penser du coup d'État de 2006 qui avait renversé Thaksin.

«La Bangkok Bank est une institution capitaliste qui a détruit notre démocratie», a déclaré à la foule leur porte-parole, Worawuth Wichaidit. «Prem est celui qui provoqué l'effondrement de notre pays».

Avant le jugement du 26 février, le gouvernement thaïlandais a entamé le déploiement d'au moins 20 000 membres des forces de l'ordre supplémentaires dans le pays.

Thaksin vit en exil pour échapper à une condamnation à deux ans de prison pour malversations financières dans un autre dossier.

Les «rouges» qui réclament son retour au pouvoir, promettent de monter en puissance et ne plus relâcher la pression jusqu'à la chute du gouvernement d'Abhisit Vejjajiva.

Ils n'ont jamais été plus de 30 000 ces derniers mois mais des manifestations violentes en avril avaient dégénéré en affrontements faisant deux morts et forcé le pouvoir à annuler un sommet asiatique.