Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations unies, se rendra probablement au Sri Lanka cette semaine, avec comme priorité d'aider les près de 205 000 réfugiés ayant récemment fui les combats à retourner chez eux, ont déclaré des membres des Nations unies lundi, sous couvert d'anonymat.

ASSOCIATED PRESS

Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations unies, se rendra probablement au Sri Lanka cette semaine, avec comme priorité d'aider les près de 205 000 réfugiés ayant récemment fui les combats à retourner chez eux, ont déclaré des membres des Nations unies lundi, sous couvert d'anonymat.

Son chef de cabinet, Vijay Nambiar, se trouve déjà au Sri Lanka depuis la fin de la semaine dernière. Il est en contact avec des membres du gouvernement et ira certainement ce mardi dans l'un des camps de déplacés.

Si Ban Ki-moon se rend effectivement au Sri Lanka, il devrait visiter un camp de réfugiés et encourager les responsables sri-lankais à trouver un règlement pacifique au conflit qui déchire le pays depuis une trentaine d'années, offrant l'aide de l'ONU si le gouvernement le souhaite, a précisé John Holmes, secrétaire général adjoint de l'ONU, en charge des Affaires humanitaires.

Il y a 220 000 personnes qui ont rejoint des camps de déplacés, dont 20 000 ces deux ou trois derniers jours, a déclaré John Holmes, ajoutant que 40 000 à 60 000 étaient actuellement en route pour les rejoindre, près de Vavuniya, au centre de la partie nord de l'île. Si les tentes, la nourriture et l'eau potable sont en train d'arriver jusqu'aux camps, on est loin des standards internationaux, a estimé John Holmes.

Des membres de l'ONU et du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) doivent aller dans la zone où ont eu lieu les combats, pour vérifier que tous les civils aient pu être évacués et tous les blessés soignés, comme l'a annoncé le gouvernement sri-lankais.