Au moins quarante-six personnes ont été blessées dans la nuit de samedi à dimanche dans une attaque à la grenade contre les manifestants qui occupent depuis plusieurs mois le siège du gouvernement à Bangkok, a annoncé la police.

AGENCE FRANCE-PRESSE

L'explosion s'est produite près d'une tribune installée pour les rassemblements en face du siège du gouvernement, a précisé un responsable de la police à l'AFP. Il s'agit de la dernière d'une série d'explosions sur ce site occupé depuis le mois d'août par les manifestants de l'Alliance du peuple pour la démocratie (PAD) qui réclament la démission du premier ministre Somchai Wongsawat.

Un porte-parole des services d'urgence a indiqué que 46 personnes avaient été blessées alors que le bilan précédent faisait état d'une dizaine de blessés.

Suriyasai Katasila, porte-parole du mouvement de protestation de la PAD, avait affirmé pour sa part qu'une quinzaine de personnes avaient été blessées, dont  deux ou trois grièvement.

«La grenade a été lancée juste après minuit, à 300 mètres de l'estrade de l'enceinte du siège du gouvernement. Les manifestants sont retournés à leurs positions, ils ne sont pas effrayés», a déclaré ce porte-parole à la chaîne de télévision Channel Three.

Il a prévenu que la PAD ne laisserait pas la police entrer dans le bâtiment «car la police et la PAD ne se font pas mutuellement confiance».

Des attaques à la grenade ayant fait deux morts la semaine dernière avaient incité l'organisation anti-gouvernementale à lancer ce qu'elle a appelé «la bataille finale» contre le gouvernement.

Les manifestants ont pris mardi le contrôle de l'aéroport international de Bangkok, tandis que les autorités ont fermé jeudi l'aéroport de Don Mueang, desservant les vols intérieurs, également occupé par les protestataires.

C'est à l'aéroport de Don Mueang que le gouvernement de Somchai Wongsawat s'était installé après la prise de son siège par les protestataires.

M. Somchai dirige à présent le pays à partir de Chiang Mai, dans le nord de la Thaïlande, où il avait atterri après son retour du Pérou où il avait pris part au sommet du Forum de coopération économique Asie-Pacifique (Apec).