(Melbourne) Après deux ans avec certaines des restrictions frontalières liées à la COVID-19 les plus sévères au monde, de nombreux Australiens voulaient que le joueur de tennis Novak Djokovic soit expulsé de leur pays après y être entré sans être vacciné pour participer à un tournoi de tennis.

Publié le 17 janvier
Rod Mcguirk Associated Press

Mais la toile de fond de la ligne dure du gouvernement envers le champion en titre des Internationaux d’Australie se dessine depuis près d’une décennie. Elle met également en lumière les politiques d’immigration et de frontières compliquées et fortement critiquées de l’Australie.

En 2013, le problème des frontières n’était pas les étrangers non vaccinés comme Novak Djokovic, mais plutôt les milliers de demandeurs d’asile d’Asie, du Moyen-Orient et d’Afrique qui ont afflué en Australie sur des bateaux de pêche depuis les ports indonésiens.

Maintenant, avec les prochaines élections prévues en mai, Novak Djokovic est devenu le nouveau centre d’intérêt de la revendication du gouvernement en faveur d’une position ferme sur la protection des frontières qui, espèrent les dirigeants, gagnera des appuis. L’opposition, quant à elle, soutient que Novak Djokovic a révélé les défaillances du gouvernement dans le contrôle des frontières et sa réponse à la pandémie.

Des militants pour les réfugiés affirment que le traitement de la vedette du tennis révèle le traitement sévère de dizaines d’autres personnes détenues en raison de problèmes de visa.

Une colère généralisée a suivi un message de Novak Djokovic publié sur les réseaux sociaux le 4 janvier, qui indiquait qu’il avait obtenu une « autorisation d’exemption » de quarantaine en Australie, où il se rendait pour jouer au tennis. Il avait été approuvé par un processus de demande de visa automatisé quelques jours plus tôt.

Le joueur de tennis est arrivé à un moment où certains proches d’Australiens vivant à l’étranger ne peuvent toujours pas leur rendre visite, car leurs vaccins contre la COVID-19 ne sont pas reconnus par les autorités australiennes.

L’amatrice de tennis Holly McCann, qui a assisté à la première journée des Internationaux d’Australie lundi, a déclaré que Novak Djokovic ne méritait pas d’être une exception aux règles strictes des frontières.

« Ce devrait être « la règle, c’est la règle », quel que soit votre statut », a déclaré Mme McCann. « Je n’ai rien contre lui personnellement, mais je ne pense pas qu’il devrait être une exception. »

Un sondage publié dimanche par les journaux « The Sun Herald » et « Sunday Age » indiquait que 71 % des personnes interrogées ne voulaient pas que Novak Djokovic soit autorisé à rester en Australie.

En 2013, lorsqu’une coalition conservatrice a remporté la première de trois élections consécutives, le premier ministre actuel Scott Morrison, alors nouveau ministre de l’Immigration et de la Protection des frontières, a joué un rôle clé dans la réorganisation de ce qui semblait pour plusieurs un problème insurmontable et politiquement préjudiciable, soit les arrivées quotidiennes de bateaux non autorisés.

M. Morrison s’est attribué le mérite du fait que les navires gouvernementaux ont refoulé les bateaux et que les demandeurs d’asile ont été envoyés dans des centres d’immigration situés dans des pays insulaires pauvres au lieu du continent australien.

Les journées de Novak Djokovic en Australie ont été en grande partie passées dans le Park Hotel, qui est utilisé pour la détention liée à l’immigration, alors qu’il s’est battu devant les tribunaux pour rester à Melbourne. Cela a été bien accueilli par les défenseurs des réfugiés en raison de l’attention internationale portée sur 60 autres personnes détenues dans le même immeuble parce qu’elles n’ont pas de visa.

Lorsque le visa de Novak Djokovic a été annulé pour la première fois, M. Morrison a écrit sur Twitter : « Les règles sont les règles, surtout en ce qui concerne nos frontières. »

Mais l’avocat de réfugiés basé à Melbourne Ian Rintoul a noté que contrairement à d’autres réfugiés et demandeurs d’asile qui partageaient le Park Hotel avec la riche célébrité, Novak Djokovic n’était pas menotté lorsqu’il a été escorté hors du bâtiment.

« Beaucoup de gens ont appris que des réfugiés étaient retenus prisonniers par le gouvernement australien pour la première fois à cause de Novak Djokovic », a noté M. Rintoul. « C’est le bon côté de ce fiasco. »

La décision politique d’expulser Novak Djokovic a été prise par le ministre de l’Immigration Alex Hawke après qu’un tribunal a annulé une décision antérieure d’un agent des frontières de retirer son visa pour des raisons de procédure lorsqu’il est arrivé à l’aéroport de Melbourne 11 jours plus tôt.

Étrangement, l’Australie a annulé le visa du joueur de tennis à deux reprises pour différentes raisons.

Dans un premier temps, le visa a été annulé, car son diagnostic de COVID-19 en Serbie le mois dernier ne l’a pas qualifié pour une exemption des règles frontalières australiennes. Les visiteurs étrangers doivent être entièrement vaccinés ou fournir un certificat médical attestant qu’ils ne peuvent pas être vaccinés pour des raisons de santé.

Novak Djokovic s’était appuyé sur les exemptions des règles sur les vaccins fournies par Tennis Australia et le gouvernement de l’État de Victoria.

Le Serbe de 34 ans a finalement été expulsé parce que le ministre Hawke le considérait comme un symbole « d’une communauté antivaccination », dont la présence pourrait encourager les Australiens à imiter son mépris des mesures de sécurité liées à la pandémie.

La protection des frontières a été un thème récurrent dans la montée au pouvoir de Scott Morrison. Bien que populaires dans le pays, les politiques frontalières ont été largement critiquées comme étant inhumaines et une violation des obligations internationales de l’Australie envers les réfugiés.

Les personnes détenues à l’hôtel avec Novak Djokovic sont venues en Australie depuis des camps de Nauru et de Papouasie-Nouvelle-Guinée pour des soins médicaux, puis ont obtenu une injonction du tribunal les empêchant d’être renvoyées. Certains sont détenus dans des hôtels depuis plus de deux ans, a déclaré M. Rintoul, l’avocat des réfugiés.

Pendant près de deux ans après le début de la pandémie, des milliers d’Australiens se sont vu refuser l’autorisation de voyager à l’étranger pour rendre visite à des parents mourants, assister à des funérailles et à des mariages ou rencontrer pour la première fois un nouveau bébé dans la famille.

Considérée comme cruelle par plusieurs, l’interdiction de voyager a réduit le nombre de morts pandémiques en Australie et est soutenue par une majorité d’Australiens.

Mais un assouplissement des restrictions de voyage il y a un mois en raison des niveaux de vaccination élevés et l’arrivée du variant hautement contagieux Omicron a conduit l’Australie à enregistrer autant d’infections à coronavirus au cours des premières semaines de 2022 qu’au cours des deux années précédentes de la pandémie.

M. Morrison a rejeté l’entière responsabilité du voyage malheureux de Novak Djokovic en Australie sur la vedette du tennis elle-même.

Mais la porte-parole de l’opposition, Kristina Keneally, a déclaré qu’il n’y avait aucune excuse pour que le gouvernement délivre un visa en premier lieu à « un opposant à la vaccination bien connu ».

« Cela a été une gaffe monumentale à nos frontières par le gouvernement Morrison. Ils veulent courir partout et se féliciter à ce sujet. Ils méritent un coup de pied dans le dos », a-t-elle déclaré.