(Kuala Lumpur) Le bilan des inondations en Malaisie, les pires depuis plusieurs années, a été porté à 46 morts samedi, et cinq autres personnes sont toujours portées disparues, selon les autorités, tandis que des équipes poursuivaient un nettoyage massif le jour de Noël.  

Publié le 25 déc. 2021
Agence France-Presse

Des pluies torrentielles ont provoqué des inondations dans plusieurs villes et villages du pays d’Asie du Sud-Est la semaine dernière, coupant les principaux axes routiers, et forçant l’évacuation de plusieurs dizaines de milliers de personnes.

Selangor, l’État le plus riche et le plus densément peuplé du pays, qui entoure la capitale Kuala Lumpur, est l’une des régions les plus touchées.  

De nombreux résidants de la capitale de cet État, Shah Alam, ont été pris au piège dans leur logement pendant plusieurs jours avec peu à manger avant d’être évacués en bateau au cours d’une opération chaotique.

PHOTO VINCENT THIAN, ASSOCIATED PRESS

Deux résidantes de Shah Alam, en banlieue de Kuala Lumpur, ont été prises au piège dans leur maison.

L’inspecteur général de la police, Acryl Sani Abdullah Sani, a déclaré que le bilan des victimes s’élevait à 46 personnes alors que de nouveaux corps étaient retrouvés, la majorité des victimes se trouvant dans les États de Selangor et de Pahang.

« Il y a encore cinq personnes disparues. Nous espérons qu’elles seront bientôt retrouvées », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

Il a ajouté que 54 532 personnes se trouvaient toujours réparties entre plus de 300 centres d’évacuation dans sept États et que 68 routes restaient fermées en raison des inondations.

Les équipes de travail ont utilisé des pelleteuses et des camions pour enlever les objets éparpillés dans les rues, a déclaré Acryl Sani, tout en appelant à la prudence car certaines rivières restent en crue.

Le leader de l’opposition Anwar Ibrahim a appelé à l’ouverture d’une enquête sur la gestion de l’inondation par le gouvernement, largement critiquée.

Une mauvaise coordination entre les agences du gouvernement et un déploiement tardif de l’armée « ont transformé une catastrophe naturelle en une catastrophe humaine, de gouvernance », a-t-il souligné.

Le premier ministre malaisien Ismail Sabri Yaakob a admis des « faiblesses » dans la réponse du gouvernement, mais a promis des progrès à l’avenir.

La Malaisie subit chaque année des inondations pendant la saison des pluies, mais celles du week-end ont été les pires depuis 2014.

Le rôle du réchauffement climatique a été pointé du doigt dans l’aggravation des inondations.