(Lumajang) Alors que les secours fouillent une zone dévastée pour retrouver des victimes de l’éruption du volcan Semeru début décembre en Indonésie, des volontaires recherchent d’autres survivants abandonnés après la catastrophe : des vaches, des chats et d’autres animaux.

Publié le 17 déc. 2021
Haeril HALIM Agence France-Presse

L’éruption du 4 décembre a fait 48 morts, selon un dernier bilan, et les sauveteurs continuent à rechercher des corps dans les villages en ruine et les alentours recouverts de boue mêlée de cendres.

Le nuage de cendre brûlante et des flots de boue qui ont détruit une dizaine de villages du district de Lumajang dans l’est de l’île de Java ont aussi tué au moins 767 vaches et 648 chèvres ainsi que des milliers de poules, ont indiqué les autorités cette semaine.

Satria Wardhana, avec une équipe de 15 volontaires du Centre pour la protection des orangs-outans (COP), a déjà sauvé et soigné 76 vaches et des dizaines de chèvres et moutons abandonnés par les villageois dans leur fuite.

« On a seulement évacué les animaux qui avaient des propriétaires. Les animaux errants qui sont blessés, nous les soignons sur place », dit-il à l’AFP à Curah Kobokan, le village le plus proche du volcan.

L’équipe a évacué deux chèvres dont les propriétaires ont été tués dans l’éruption et incinéré d’autres caprins morts pour éviter la propagation des maladies.

« Nous nourrissons également les animaux qui ont survécu, comme les poules, les chiens et les chats », explique Satria Wardhana qui travaille dans une équipe d’intervention après les catastrophes naturelles de l’ONG.

Les vaches rescapées de l’éruption, ainsi que les chèvres, les moutons et les chats ont souvent des brulures sur les oreilles et les pattes, souligne Dian Tresno Wikanti, vétérinaire pour l’ONG.

« D’autres souffrent de stress, une chèvre a fait une fausse couche. Ces animaux sont aussi déshydratés, parce qu’il fait chaud ici », dit-elle.

« Pattes brûlées »

La vétérinaire fait aussi du porte à porte dans certains villages du district de Lumajang pour voir les animaux blessés.

À Sumber Mujur, elle soigne un chat qui s’est retrouvé emprisonné sous les ruines pendant quatre jours, les pattes brûlées par la lave.

Le propriétaire du félin, Ryan, se dit content que son animal de compagnie ait pu être soigné rapidement.

« Je me suis enfui et je n’ai pas eu le temps de prendre le chat. L’équipe médicale […] a dit qu’il était traumatisé, mais il va mieux maintenant ».

Dans le même village, des volontaires soignent deux vaches qui ont été évacuées,  appliquent des pommades contre les brûlures et font des injections de vitamines.

« Les animaux sont souvent abandonnés parce que la priorité des sauveteurs ce sont les humains. C’est pourquoi nous, nous sauvons ceux qui sont oubliés », explique Dian Tresno Wikanti.

Venir en aide aux animaux aide aussi à apaiser les traumatismes des survivants, souligne-t-elle.

« Psychologiquement, ils se sentiront mieux si leurs animaux aussi ont survécu ».