(Washington) La vice-présidente des États-Unis Kamala Harris visitera l’Asie du Sud-Est plus tard en août, un voyage qui vise à renforcer les liens avec la région afin de contrer la croissance de l’influence mondiale de la Chine.

Alexandra Jaffe Associated Press

Dans un aperçu des objectifs du voyage de la vice-présidente à Singapour et au Vietnam, son conseiller adjoint en matière de sécurité nationale, Phil Gordon, a révélé que l’emphase serait mise sur les engagements de l’administration du président Joe Biden envers une région indo-pacifique libre et ouverte avec un intérêt particulier pour la sécurité.

Selon M. Gordon, la vice-présidente doit rencontrer des représentants des gouvernements, mais aussi des acteurs économiques ainsi que de la société civile.

« Elle va travailler à renforcer le leadership américain, améliorer la coopération en matière de sécurité, renforcer les partenariats économiques, défendre l’ordre établi sur les règles internationales particulièrement dans la mer de Chine », a-t-il énuméré.

Le programme détaillé du voyage de Kamala Harris est toujours en préparation, mais pour ce premier séjour officiel outre-mer à titre de vice-présidente, elle prévoit une série d’engagements tout au long de la semaine du 20 au 26 août.

L’Asie est au cœur des préoccupations de l’administration Biden depuis le tout début. Le président cherche à contrer l’influence diplomatique et la présence militaire de la Chine dans toute la région.

Les relations entre les États-Unis et la Chine se sont détériorées à une vitesse fulgurante sous la précédente administration dirigée par Donald Trump. Les deux États demeurent aux antipodes sur de nombreux enjeux dont les technologies, la cybersécurité et les droits de la personne.