(Rangoun) Vingt-cinq combattants et civils opposés à la junte ont été tués dans des affrontements dans le centre de la Birmanie avec l’armée, ont rapporté dimanche des villageois alors que de plus en plus d’habitants prennent les armes contre le régime après le putsch du 1er février.

Agence France-Presse

Depuis le coup d’État militaire qui a renversé la dirigeante civile Aung San Suu Kyi, le pays est en proie à des troubles qui ont entraîné la mort de 890 personnes selon une ONG locale.

Dans certaines zones, les civils se sont organisés en « groupes de défense » pour lutter contre la junte, utilisant le plus souvent des fusils de chasse ou des armes artisanales.

La région autour de Saigaing (centre) connaît en particulier une multiplication d’escarmouches entre ces groupes et des militaires. Vendredi, des combats ont éclaté dans le canton de Depayin.

Selon des habitants interrogés par l’AFP, des militaires arrivés à bord de camions ont ouvert le feu sur un village près de la jungle pour tenter d’en déloger des membres du groupe local de défense.

« Nous avons entendu à 26 reprises des tirs d’artillerie », a assuré un villageois. « Ils ont tiré sur tout ce qui bougeait sur la route et dans le village », a-t-il ajouté, précisant que des civils figurent parmi les victimes.

Les villageois ont attendu le lendemain pour quitter leurs maisons et compter les victimes, selon un autre témoin, qui a aidé à ramasser les corps autour de Depayin. « Nous avons d’abord trouvé neuf corps que nous avons enterrés » dès samedi, a-t-il déclaré, ajoutant que huit victimes supplémentaires avaient été retrouvées par une autre équipe. Dimanche, huit nouveaux corps ont été découverts.

« J’ai remarqué que la plupart ont été abattus d’une balle dans la tête », a-t-il assuré, une observation confirmée à l’AFP par une autre personne ayant participé aux inhumations.

Selon cette même source, la présence militaire s’intensifie dans la région, entraînant le déplacement des milliers d’habitants qui craignent une nouvelle attaque.

La BBC, dans sa version en langue birmane, a fait état d’un bilan similaire.

Les médias d’État ont assuré que des militaires en patrouille avaient été pris dans une embuscade. Selon le quotidien Global New Light of Birmanie, les soldats ont repoussé des « terroristes armés » et retrouvé par la suite « quatre mortiers et six armes à feu ».

Lors d’une autre attaque dans la région de Sagaing, un membre des forces de sécurité a été tué et les autorités « travaillent à assurer la stabilisation de la région », selon le journal.

Malgré les menaces de répression, des manifestants descendent toujours quotidiennement dans les rues pour défier le régime militaire. Dimanche à Sagaing, des habitants ont organisé de courts rassemblements, faisant le salut à trois doigts, symbole de résistance.