(Bali) La marine indonésienne a annoncé vendredi qu’elle allait tenter de remonter à la surface le sous-marin qui a coulé au large de Bali, tandis que les familles endeuillées des 53 membres de l’équipage ont rendu hommage à leurs proches en lançant des fleurs à la mer.

Agence France-Presse

Les autorités étudient diverses techniques pour parvenir à récupérer le KRI Nanggala 402, brisé en trois morceaux à plus de 800 mètres de profondeur sur le fond marin, et comptent sur l’aide de plusieurs marines étrangères.

« J’espère qu’avec la participation et la solidarité d’autres pays nous allons parvenir à réaliser » l’opération, a déclaré le chef d’état-major de la marine Yudo Margono à des journalistes.

PHOTO JUNI KRISWANTO, BUDI CANDRA SETYA, VIA REUTERS

Des membres de la marine indonésienne ont observé un moment de silence à la mémoire de leurs confrères, morts prisonniers du KRI Nanggala 402.

La marine attend l’arrivée de deux bateaux supplémentaires, dont l’un envoyé par la Chine, pour commencer la délicate opération de sauvetage en eaux profondes.

Le recours à de puissants aimants et à des ballons pour remonter les restes du sous-marin est envisagé.

La marine pense que les corps des 53 membres d’équipage sont encore dans le sous-marin, selon le responsable de la marine.  

Un robot sous-marin contrôlé à distance prêté par Singapour a fourni des images qui montrent que le sous-marin se trouve sur le fond marin.

Ces images sont venues confirmer qu’il n’y avait plus d’espoir de retrouver l’équipage vivant.

Des proches effondrés

Les familles des victimes embarquées à bord d’un bateau de la marine ont déposé vendredi en mer des fleurs lors d’une cérémonie à la mémoire des victimes.

PHOTO ANTARA FOTO, BUDI CANDRA SETYA, VIA REUTERS

Les proches des sous-mariniers ont pleuré, se sont étreints, et l’un d’entre eux a lancé « Au revoir papa ! ». Plusieurs proches se sont effondrés de douleur et ont dû être soutenus.  

PHOTO JUNI KRISWANTO, AGENCE FRANCE-PRESSE

La veille, le président indonésien Joko Widodo avait présenté ses condoléances aux familles et promis que le pays construirait une maison pour chacune des veuves des membres de l’équipage et financerait l’éducation de leurs enfants.

Le sous-marin de construction allemande, l’un des cinq de la flotte indonésienne, a disparu des radars la semaine dernière alors qu’il devait participer à des exercices au large de Bali.

Après plusieurs jours d’intenses recherches, les forces armées indonésiennes ont annoncé dimanche avoir retrouvé le submersible brisé en trois morceaux par plus de 800 mètres de fond et que tout l’équipage avait péri.

L’armée indonésienne n’a pas fourni d’explication à la catastrophe. Mais elle a assuré que le submersible était en bon état et a écarté l’hypothèse d’une explosion.

La marine a indiqué que le sous-marin avait pu subir une panne d’électricité générale et avait été incapable d’exécuter des mesures d’urgence.

Sa coque a dû céder sous la pression quand il s’est retrouvé à une profondeur bien plus importante que celle pour laquelle le sous-marin d’une quarantaine d’années avait été conçu, selon la marine.

L’ancien commandant du sous-marin, le contre-amiral Muhammad Ali, a émis l’hypothèse que le submersible avait pu être victime d’une « vague interne », un phénomène rare, au cours d’un briefing avec des médias locaux.

Ces vagues sous-marines qui peuvent mesurer plusieurs centaines de mètres de haut, se forment grâce aux différentes densités d’eau qui composent l’océan.