(Narayanganj) Le bilan du naufrage d’un traversier dimanche au Bangladesh s’est alourdi à 34 morts avec la découverte de six nouveaux corps, tandis que deux personnes restent portées disparues, ont indiqué mardi des responsables.

Agence France-Presse

Le traversier transportait une cinquantaine de personnes au départ de Narayanganj (centre) lorsqu’il a coulé à la suite d’une collision dimanche avec un cargo de plus grande dimension.

Les passagers tentaient de rentrer chez eux après que le gouvernement a institué un confinement national de sept jours à partir de lundi pour lutter contre une récente augmentation des cas de COVID-19.  

Les autorités avaient interrompu les recherches lundi après avoir dégagé le navire de la rivière Shitalakshya, fortement polluée, et trouvé 22 corps. Mais sous la pression de parents de personnes toujours disparues, les sauveteurs ont repris leurs opérations lundi soir, survolant avec des hélicoptères les eaux boueuses à la recherche de victimes.  

« Selon les témoignages de proches, au moins deux personnes sont toujours portées disparues », a indiqué un responsable local, Mustain Billah, à l’AFP.

En vertu du confinement annoncé pour sept jours en réaction à une hausse des cas de COVID-19, tous les transports intérieurs étaient suspendus lundi et les magasins et centre commerciaux fermés.

Les accidents de traversier sont fréquents au Bangladesh, un pays de deltas traversé par des centaines de rivières. Des millions de personnes sont fortement tributaires des traversiers pour leur transport, en particulier dans la région côtière du sud du pays, mais les navires sont peu sûrs.

Les experts attribuent la plupart des accidents à un mauvais entretien des navires, à des normes de sécurité laxistes dans les chantiers navals et à la surpopulation.

En juin de l’année dernière, un traversier avait coulé à Dacca après avoir été heurté par un autre bateau, et au moins 32 personnes avaient péri.

En février 2015, au moins 78 personnes avaient péri quand un navire surchargé est entré en collision avec un cargo dans un fleuve du centre du pays.