(Nations unies) Le Comité de sanctions de l’ONU chargé de la Corée du Nord, réunissant les 15 pays membres du Conseil de sécurité, a demandé vendredi à son groupe d’experts onusiens d’enquêter sur les tirs jeudi de missiles nord-coréens, selon des diplomates.

Agence France-Presse

Cette demande a été formulée lors d’une réunion à huis clos du Comité, demandée jeudi en urgence par les États-Unis après les tirs effectués par Pyongyang.  

« La conclusion du Comité a été de réclamer au groupe d’experts de l’ONU d’enquêter sur les tirs de missiles comme première étape », a indiqué à l’AFP un diplomate sous couvert de l’anonymat.

Pour la suite, « on regarde ce qui est possible », a déclaré un autre diplomate, également sous couvert d’anonymat, à propos de l’éventualité pour le Conseil de sécurité d’organiser une réunion sur les derniers tirs nord-coréens. Il y a eu « un sentiment général de préoccupation » exprimé au cours de la réunion du Comité, a-t-il ajouté.

PHOTO KCNA VIA REUTERS

Vendredi, lors d’un vote, le Conseil de sécurité de l’ONU a par ailleurs adopté une résolution prolongeant jusqu’au 30 avril 2022 le mandat des experts de l’ONU chargés de contrôler l’application des différents trains de lourdes sanctions économiques envers Pyongyang.  

Ces dernières ont été imposées à la Corée du Nord au cours des dernières années, à l’initiative de Washington.

La résolution, adoptée à l’unanimité des 15 membres du Conseil, selon des diplomates, réclame au groupe d’experts un rapport d’étape au plus tard le 3 août 2021 et un document final au plus tard le 28 janvier 2022.

Le renouvellement du mandat des experts arrivait à échéance et il n’est pas lié aux derniers tirs de missiles nord-coréens. En pleine crise, son adoption a toutefois bénéficié du soutien de la Chine et de la Russie qui avaient réclamé en 2020 un allègement des sanctions internationales imposées à la Corée du Nord.

Visant à faire arrêter à la Corée du Nord ses programmes d’armement balistique et nucléaire, les sanctions portent notamment sur les importations nord-coréennes de pétrole et sur ses exportations de charbon, de textile et de sa pêche.

Vendredi, Pyongyang a annoncé que le tir effectué la veille, et qui lui a valu une mise en garde de Washington, était celui d’un nouveau modèle de « projectile tactique guidé ». Deux exemplaires de ce projectile doté d’un moteur à carburant solide ont été tirés, et les tests pourraient constituer une violation des résolutions de l’ONU.