(Hong Kong) La décision de la Chine d’imposer à Hong Kong une loi sur la « sécurité nationale » est l’une des pires attaques menées contre l’autonomie du territoire, ont tonné vendredi des militants prodémocratie déterminés à descendre à nouveau dans les rues pour manifester leur indignation.

Agence France-Presse

Cette proposition de loi sur la sécurité, qui vise à interdire « la trahison, la sécession, la sédition [et] la subversion », a été déposée vendredi matin à l’ouverture de la session annuelle de l’Assemblée nationale populaire (ANP), le Parlement chinois.

Ce texte intervient après des mises en garde répétées du pouvoir communiste chinois contre toute dissidence à Hong Kong, secouée l’an dernier par sept mois de manifestations monstres en faveur de la démocratie.  

« C’est la plus importante arme nucléaire jamais employée par le Parti communiste chinois pour détruire […] Hong Kong », a souligné Jimmy Sham.  

Ce responsable du Front civique des droits de l’Homme est à l’origine de la grande manifestation qui a marqué, l’an dernier, le coup d’envoi de plusieurs mois de contestation.

M. Sham a appelé les Hongkongais à défiler par millions dans les rues de l’ex-colonie britannique alors que d’autres militants ont appelé, via internet ou des applications, à des manifestations dimanche.  

PHOTO ANTHONY WALLACE, AGENCE FRANCE-PRESSE

Pour le militant Joshua Wong, figure du « Mouvement des parapluies » en 2014, le message envoyé par la Chine aux manifestants prodémocratie ne laisse aucune place au doute.  

« Pékin essaie de faire taire par la force et la peur les voix des Hongkongais qui critiquent », a déclaré M. Wong sur Twitter.  

Ce texte « serait un coup fatal pour le degré élevé d’autonomie promis par Pékin », a mis en garde vendredi le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo.

L’Union européenne a de son côté exhorté Pékin à « respecter l’autonomie de Hong Kong » dans une déclaration de ses 27 États membres.

Royaume-Uni, Australie et Canada ont exprimé vendredi leur « profonde inquiétude » quant à une loi qui « viendrait » clairement saper le principe « un pays deux systèmes ».

Pour Amnistie internationale, ce texte constitue « une menace quasi existentielle pour l’État de droit à Hong Kong » ce qui est de « mauvais augure pour les droits de l’homme dans la ville ».

Alors que la Chine présente ce projet de loi comme indispensable à la stabilité de ce centre financier international, la Bourse de Hong Kong a clôturé vendredi en baisse de plus de 5 %.  

« Arrêter et punir légalement »

Le territoire a été rétrocédé à la Chine en 1997 aux termes d’un accord qui garantit au territoire pendant 50 ans une autonomie et des libertés inconnues dans le reste du pays, selon le principe « Un pays, deux systèmes ».

Au fil du temps, le mouvement prodémocratie a pris de l’ampleur face à la mainmise jugée grandissante de Pékin.  

Vendredi, le parti communiste n’a pas caché les objectifs de ce projet de loi qui vise à écraser ce mouvement.

Faisant référence aux forces « anti-chinoises », le vice-président l’Assemblée nationale populaire (ANP) Wang Chen a expliqué la nécessité de « prendre des mesures fortes pour les prévenir, les arrêter et les punir légalement ».

L’article 23 de la « Loi fondamentale », qui sert depuis deux décennies de Constitution au territoire semi-autonome, prévoit que la région se dote d’une loi interdisant « la trahison, la sécession, la sédition [et] la subversion ».

Il n’a cependant jamais été appliqué, une grande partie de la population hongkongaise y voyant une menace pour ses libertés.

La tentative de faire adopter une loi anti-subversion au niveau local, en 2003, avait échoué après des manifestations monstres dans les rues de ce territoire de près de 7,5 millions d’habitants.

Selon Joshua Wong et d’autres militants, la décision de Pékin de faire adopter ce texte par le Parlement chinois est un moyen de contourner le Parlement hongkongais.

La cheffe de l’exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, s’est dite prête vendredi à « coopérer pleinement » avec Pékin afin d’appliquer cette loi.

PHOTO KIN CHEUNG, ASSOCIATED PRESS

La cheffe de l’exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, entourée de membres de son exécutif

Ce texte que la Chine veut « imposer » pour « contourner » le processus législatif de Hong Kong « serait un coup fatal pour le degré élevé d’autonomie promis par Pékin », a mis en garde le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo.

« Les États-Unis exhortent fermement Pékin à reconsidérer sa proposition désastreuse, tenir ses engagements internationaux et respecter le degré élevé d’autonomie de Hong Kong, ses institutions démocratiques et ses libertés civiques », a-t-il ajouté.

Quant à l’Union européenne, elle a exhorté la Chine à « respecter l’autonomie de Hong Kong ».  

« L’Union européenne attache une grande importance à la préservation du degré élevé d’autonomie de Hong Kong, conformément à la loi fondamentale et aux engagements internationaux, ainsi qu’au respect de ce principe », a déclaré le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell dans une déclaration au nom des 27.