(Washington) Les États-Unis ont salué mardi le recours du ministère public pakistanais contre la remise en liberté de l’extrémiste britannique, condamné pour l’assassinat en 2002 du journaliste américain Daniel Pearl au Pakistan.

Agence France-Presse

« Nous avons appris que les autorités pakistanaises ont pris des mesures afin que Omar Sheikh demeure en détention pendant que la Cour suprême fait appel pour restaurer sa condamnation », a affirmé le ministre américain de la Justice par intérim, Jeffrey Rosen, dans un communiqué.  

Les États-Unis sont « reconnaissants » de ces efforts et se tiennent « prêts », en cas d’échec, à détenir eux-mêmes M. Sheikh pour qu’il soit jugé, a-t-il ajouté.  

Un tribunal pakistanais avait ordonné le 24 décembre la libération de l’extrémiste pakistano-britannique, Ahmed Omar Saeed Sheikh, condamné pour le meurtre du journaliste américain Daniel Pearl. Cette même cour avait annulé il y a quelques mois la peine de mort de M. Sheikh.

Mais une procédure d’appel ouverte devant la Cour suprême du Pakistan pour contester cet acquittement a retardé sa libération.

PHOTO ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Daniel Pearl lors de son enlèvement

Âgé de 38 ans, Daniel Pearl, correspondant du quotidien américain Wall Street Journal, avait disparu le 23 janvier 2002 à Karachi. Une vidéo montrant sa décapitation avait été remise un mois plus tard au consulat des États-Unis de cette mégalopole du sud du Pakistan.