(Hanoï) Des milliers de personnes ont fui samedi leurs foyers à l’approche du typhon Vamco, qui se dirigeait vers les régions du centre du Vietnam, déjà battues par plusieurs tempêtes au cours des dernières semaines.

Agence France-Presse

Les aéroports ont été fermés et les plages et la pêche interdites alors que le typhon, accompagné par des vents soufflant à 100 km à l’heure, doit toucher terre dimanche, probablement près de l’ancienne capitale impériale de Hué.

Les évacuations ont eu lieu dans quatre provinces centrales, selon l’autorité de gestion des catastrophes, et des centaines de milliers d’autres pourraient suivre, d’après les médias d’État.

Le centre du Vietnam a été touché par une série de tempêtes au cours des six dernières semaines, provoquant des inondations et des glissements de terrain qui ont fait au moins 159 morts, alors que 70 personnes sont toujours portées disparues selon les autorités.

En raison des conditions climatiques, plus de 400 000 habitations ont été détruites ou endommagées, selon la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge.

Des routes et des ponts ont été emportés, l’approvisionnement en courant électrique perturbé, et d’importantes cultures détruites, menaçant la sécurité alimentaire de 150 000 personnes, selon la même source.

« Il n’y a pas eu de répit pour plus de huit millions de personnes vivant dans le centre du Vietnam, » a déclaré Nguyen Thi Xuan Thu,  le président de la Croix-Rouge vietnamienne.  

« Chaque fois qu’ils commencent à reconstruire, ils sont touchés par une nouvelle tempête ».  

Le Vietnam est régulièrement touché par des catastrophes naturelles pendant la saison des pluies entre juin et novembre, notamment les provinces côtières du centre du pays, mais les tempêtes se sont aggravées ces dernières années.

Le typhon Vamco a déjà frappé les Philippines, faisant au moins 33 morts, selon la Défense civile, et plus de 340 000 personnes ont été affectées par les inondations dans l’archipel.

Vingt personnes ont été tuées dans les provinces de Cagayan, Isabela et Nueva Vizcaya, où se concentrent les efforts de secours.  

Des centaines de personnes ont été bloquées sur les toits de leurs maisons dans les régions les plus touchées, le long de la rivière Cagayan, les secouristes ne pouvant les atteindre en raison des forts courants, selon le porte-parole régional de la Défense civile.

De vastes pans de la région étaient sous l’eau, les responsables estimant qu’il s’agit d’une des pires inondations que cette zone ait connue.