(Genève) Un épidémiologiste et un spécialiste de la santé animale de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) se rendent en Chine pour une mission exploratoire visant à déterminer l’origine du nouveau coronavirus, a indiqué l’organisation vendredi.

Agence France-Presse

« Ils sont en route », a déclaré lors d’une rencontre virtuelle la porte-parole de l’OMS Margaret Harris, précisant que les deux experts étaient attendus ce week-end à Pékin.

Ils doivent préparer le terrain à une mission plus large qui devra déterminer l’origine du coronavirus responsable de plus de 550 000 morts et de plus de 12 millions de cas dans le monde.

L’équipe de l’OMS aura des entretiens avec des responsables chinois et déterminera les lieux que la future mission devra visiter, a précisé Mme Harris.

« L’une des plus grandes questions est de savoir si le virus a été transmis à l’homme par un animal, et de quel animal s’agit-il », a-t-elle rappelé. « Nous savons que le coronavirus est très similaire à un virus présent chez les chauves-souris, mais est-il passé par un animal intermédiaire ? C’est une question que nous devons voir résolue », a-t-elle poursuivi.

Les travaux des chercheurs de l’Institut de virologie de Wuhan, la ville chinoise où est apparue l’épidémie fin 2019, ont démontré que la séquence du génome du nouveau coronavirus est à 80 % similaire à celle du SRAS, à l’origine d’une précédente épidémie en 2002-2003, et à 96 % à celle d’un coronavirus de chauve-souris.

PHOTO HECTOR RETAMAL, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

L’Institut de virologie de Wuhan

La grande majorité des chercheurs s’accordent ainsi à dire que le nouveau coronavirus SARS-CoV-2 – à l’origine de la pandémie – est sans doute né chez la chauve-souris, mais les scientifiques pensent qu’il est passé par une autre espèce avant de se transmettre à l’homme.

C’est cette pièce du puzzle que la communauté scientifique internationale et l’OMS espèrent découvrir afin de mieux comprendre ce qui s’est passé, pour mieux cibler les pratiques à risques et éviter une nouvelle pandémie.