(Washington) Les autorités américaines ont annoncé mardi qu’elles allaient restreindre les visas des responsables chinois coupables d’empêcher un libre accès des étrangers dans les régions tibétaines de la République populaire.

Agence France-Presse

« De façon regrettable, Pékin continue d’entraver systématiquement l’accès des diplomates et autres responsables américains, des journalistes et des touristes à la région autonome du Tibet ainsi qu’aux autres zones tibétaines », a justifié le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo.

À l’opposé, « les responsables de la République populaire de Chine et les autres citoyens (chinois) bénéficient d’un bien meilleur accès aux États-Unis », poursuit le communiqué de M. Pompeo.

Ces mesures de représailles américaines interviennent dans un contexte de dégradation de la relation bilatérale sino-américaine, les pierres d’achoppement s’étant multipliées ces derniers mois : répression à Hong Kong, pandémie de nouveau coronavirus, tensions en mer de Chine méridionale, controverses sur les composants électroniques Huawei, etc.

Pékin exerce un contrôle draconien sur l’accès au Tibet, région qu’elle considère comme une partie inaliénable de la Chine depuis son annexion en 1951.