(Lhokseumawe) Une centaine de réfugiés rohingya, dont 30 enfants, entassés dans un petit bateau en bois, ont été secourus au large de l’île indonésienne de Sumatra, ont indiqué les autorités maritimes mercredi.

Agence France-Presse

Des images prises par les sauveteurs montrent des dizaines d’enfants, dont certains en pleurs. 49 femmes et 15 hommes ont été récupérés, après plusieurs jours sans manger, ont précisé les autorités maritimes indonésiennes.

« Le bateau transportant les Rohingya était abîmé et flottait en pleine mer quand des pêcheurs l’ont trouvé et nous ont demandé de l’aide », a indiqué Muhammad Nasir, chef de l’autorité maritime d’Aceh, province du nord de l’île de Sumatra.

  • PHOTO ZIK MAULANA, AP

  • PHOTO ANTARA FOTO, VIA REUTERS

  • PHOTO ZIK MAULANA, AP

1/3
  •  
  •  
  •  

Des pêcheurs avaient repéré l’embarcation à quelque huit kilomètres des côtes dans le détroit de Malacca, entre l’Indonésie et la Malaisie.

Les réfugiés ne devraient cependant pas être ramenés à terre mercredi, de crainte qu’ils ne soient infectés par le coronavirus, ont précisé les autorités. Ils devront d’abord être testés dans un refuge temporaire.

Au cours des derniers mois, le nombre de réfugiés Rohingya, minorité musulmane persécutée en Birmanie, errant en mer s’est accru. Mais plusieurs pays qui les autorisaient auparavant à accoster les repoussent désormais à cause de l’épidémie de COVID-19.

« Nous appelons les autorités indonésiennes à secourir, débarquer et protéger les réfugiés » qui naviguent probablement depuis des semaines, a déclaré Usman Hamid, directeur général d’Amnistie internationale.

Zubil Mat Som, un responsable des garde-côtes malaisiennes a expliqué mercredi craindre que plusieurs dizaines de Rohingya soient morts au cours d’un voyage de quatre mois vers la Malaisie.

Un bateau endommagé avec plus de 300 réfugiés avait été intercepté au début du mois, a-t-il expliqué.

269 survivants ont été emmenés sur l’île de Langkawi, tandis que « d’autres sont morts en mer. Et ont été jeté à la mer », a indiqué le responsable sans donner de chiffre précis.

Ce groupe de réfugiés était à bord d’un « vaisseau-mère » transportant plus de 800 personnes avant d’être transféré vers un autre bateau.

Les autorités n’ont « pas pu localiser » l’embarcation d’origine qui devait encore abriter quelque 500 personnes, a-t-il indiqué.

Les autorités malaisiennes ont renforcé récemment les patrouilles maritimes et annoncé qu’elles repousseraient les migrants de crainte qu’ils ne soient porteurs du coronavirus.

Les réfugiés rohingya partent généralement soit de la Birmanie soit du Bangladesh, où un million d’entre eux, ayant fui des exactions de l’armée birmane en 2017, s’entassent dans des camps surpeuplés. Des milliers de réfugiés ont tenté de gagner d’autres pays d’Asie du Sud-Est à bord d’embarcations précaires et bondées.