(Sydney) Le gouvernement australien a dévoilé vendredi un plan de déconfinement en trois étapes pour faire revenir l’économie à la normale, en tenant compte de l’épidémie de COVID-19, d’ici la fin juillet.

David MILLIKIN
Agence France-Presse

Les autorités fédérales laissent aux différents États et territoires du pays la liberté de mettre en oeuvre les étapes du plan, les restrictions dues au coronavirus restant en place quelques semaines ou quelques mois de plus dans les zones les plus touchées par la maladie.  

L’État de Nouvelle Galles du Sud - qui comprend Sydney et a recensé 45 % de tous les cas de coronavirus d’Australie - a ainsi indiqué qu’il attendrait plus longtemps pour mettre en oeuvre la première partie du plan de déconfinement.

Le premier stade du déconfinement permettra à des groupes de maximum 10 personnes de se réunir dans des cafés et des restaurants, pour des évènements comme les mariages, et les sports à l'extérieur seront autorisés.

Le deuxième stade étendra l’autorisation à des groupes de 20 personnes. Les cinémas et les commerces pourront rouvrir et certains voyages domestiques seront permis.

Lors de la dernière étape du déconfinement, des rassemblements seront permis jusqu’à 100 personnes, et la plupart des voyages domestiques seront autorisés.

L’Australie a été un des pays qui a le mieux réussi à contenir l’épidémie de COVID-19, avec seulement 7000 cas et 100 décès répertoriés pour 25 millions d’habitants.

L’interdiction des voyages internationaux et une série de restrictions touchant les entreprises et les rassemblements publics a permis de faire tomber le nombre de nouvelles infections journalières en dessous de 10 personnes dans la plupart des zones.

Mais ce confinement a privé de leur travail plus d’un million de personnes et couté 2,5 milliards de dollars américains par semaine au pays, selon des chiffres du gouvernement.

Le premier ministre Scott Morrison a déclaré que le but de ce plan de déconfinement était de voir 850 000 personnes retrouver leur travail d’ici la fin juillet.  

Il a ajouté que la reprise des voyages internationaux n’était pas encore en vue.