(Islamabad) Les Pakistanais ont marqué samedi le premier jour du ramadan en se ruant sur les marchés et dans les mosquées, ignorant les recommandations à rester chez soi pour limiter la propagation du nouveau coronavirus.

Agence France-Presse

À Rawalpindi, la ville-garnison accolée à la capitale Islamabad, des milliers de personnes ont arpenté les marchés, certaines ne portant pas de masque de protection, pour acheter de quoi préparer le dîner afin de célébrer comme il convient la fin de chaque journée de jeûne en ce mois sacré pour les musulmans.  

Des scènes semblables ont pu être observées à Peshawar, dans le nord-ouest, et à Lahore, dans l’est.

Présent parmi les clients à l’intérieur d’une pharmacie, Muneeb Khan, 27 ans, explique qu’il en a assez de devoir porter masque et gants.

« Combien de temps allons-nous devoir les porter ? J’en ai assez. Maintenant, tout dépend de mon humeur. Parfois, je les mets, parfois non », raconte-t-il à l’AFP.

Dans les mosquées d’Islamabad, la foule des fidèles était plus clairsemée qu’en temps normal pour un premier jour de ramadan, mais ailleurs dans ce pays de 215 millions d’habitants, la distanciation sociale et une interdiction faite aux plus âgés de se rendre dans ces lieux de culte étaient largement ignorées.  

Zafar Mirza, le conseiller spécial pour les questions de santé du premier ministre pakistanais Imran Khan, a dénoncé cette ruée sur les marchés, appelant les gens à ne pas sortir de chez eux.

« Ça va à l’encontre des directives », a-t-il déploré devant la presse.

Imran Khan a été critiqué pour sa gestion de la crise provoquée par la COVID-19, après avoir semé la confusion en disant que le Pakistan ne pouvait pas s’offrir, contrairement à d’autres États, le luxe d’imposer un confinement strict de la population.

Cédant à la pression du clergé, son gouvernement a par ailleurs autorisé les prières diurnes et les assemblées nocturnes dans les mosquées pendant le ramadan.

L’armée, qui joue un rôle de premier plan dans ce pays, a en revanche exhorté vendredi les Pakistanais à prier chez eux.

Officiellement, le Pakistan compte plus de 12 000 cas de contamination par le nouveau coronavirus, dont 256 ont été mortels.