(Islamabad) Les organisatrices de la journée internationale des femmes d’Islamabad ont dénoncé mardi des « attaques coordonnées » d’islamistes contre la manifestation dimanche dans la capitale pakistanaise, qui avait été visée par des pierres, briques et bâtons.

Agence France-Presse

« C’était une attaque coordonnée des forces patriarcales et de la droite (religieuse) contre le mouvement des femmes », a lancé Ismat Shahjahan, l’une des organisatrices de l’événement, lors d’une conférence de presse. « Nous demandons une enquête judiciaire indépendante », a-t-elle poursuivi.

PHOTO B.K. BANGASH, AP

La marche des femmes d’Islamabad, le 8 mars. Aujourd’hui, des groupes de femme ont dénoncé des attaques coordonnées d’islamistes, qui leur ont lancé des pierres et des briques.

La police d’Islamabad a ouvert dimanche soir une enquête contre 35 suspects, dont les organisateurs d’une contre-manifestation islamiste, pour avoir stimulé « les sentiments religieux » de leurs partisans afin qu’ils attaquent les participants de la Journée de la femme.

Ses organisatrices estiment toutefois que la police a volontairement minimisé la gravité de l’attaque qu’elles ont subi et réduit les chefs d’accusation retenus contre les suspects.

Des femmes voilées célébrant la charia

Une fine clôture, protégée par un mince cordon policier, avait été installée entre les deux rassemblements. D’un côté, de nombreux hommes et quelques femmes voilées proclamant leur « liberté de vivre selon la charia ».

PHOTO B.K. BANGASH, AP

De nombreux hommes et quelques femmes voilées ont proclamé leur « liberté de vivre selon la charia » lors d’une contre-manifestation en réaction à la marche des femmes du 8 mars.

De l’autre, une manifestation mixte et colorée réclamant plus de droits pour les femmes, dans un pays où les violences à leur encontre sont multiples. Les violences étaient survenues après plusieurs heures de coexistence de ces manifestations.

Les femmes se battent depuis des décennies pour leurs droits les plus élémentaires au Pakistan, où les violences commises contre elles sont « omniprésentes et insolubles », selon la Commission nationale des droits de l’homme.

PHOTO B.K. BANGASH, AP

« Nous affirmons que seul l’islam donne des droits aux femmes », pouvait-on lire sur cette pancarte portée par une manifestante participant à un défilé organisé par le parti religieux Jamaat-e-Islami.

Une grande partie de la société vit sous un code patriarcal permettant l’oppression des femmes qui tentent de s’en affranchir, en choisissant par exemple leur mari ou en travaillant hors de la maison.

Des centaines de Pakistanaises sont ainsi tuées chaque année, souvent par des proches, pour avoir insulté leur « honneur », selon des organisations de défense des droits de l’Homme.

PHOTO AAMIR QURESHI, AFP

La marche des femmes d’Islamabad, le 8 mars. Aujourd’hui, des groupes de femme ont dénoncé des attaques coordonnées d’islamistes, qui leur ont lancé des pierres et des briques.

Les opposants aux marches des femmes avaient tenté de les faire interdire, en vain, par la justice, à Islamabad et Lahore, la grande ville de l’Est, où des centaines d’entre elles se sont rassemblées dimanche.