(Pékin) L’ambassadeur des États-Unis à Pékin a été convoqué au ministère chinois des Affaires étrangères, qui entendait protester contre le vote au Congrès américain d’un texte soutenant le camp prodémocratie à Hong Kong.

Agence France-Presse

Les parlementaires américains ont adopté mercredi dernier une résolution sur « les droits de l’homme et la démocratie à Hong Kong » qui menace de suspendre le statut économique spécial accordé par Washington à l’ancienne colonie britannique.

Le Congrès a également voté une mesure qui interdirait la vente à la police hongkongaise de gaz lacrymogène, balles en caoutchouc et autres équipements destinés à réprimer les manifestations.

En réaction, le vice-ministre chinois des Affaires étrangères, Zheng Zeguang, a convoqué lundi l’ambassadeur des États-Unis Terry Branstad pour lui transmettre « une ferme protestation », a rapporté mardi la diplomatie chinoise sur son site internet.  

La résolution américaine « s’ingère effrontément dans les affaires intérieures chinoises » et « soutient le comportement criminel et violent des forces anti-chinoises qui sèment le trouble à Hong Kong », a fait savoir Pékin.

Le texte doit encore être signé par Donald Trump. Ce dernier n’a pas déclaré clairement s’il comptait le faire, observant qu’il soutenait les Hongkongais, mais aussi son « ami » Xi Jinping, le président chinois.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a appelé les États-Unis à faire en sorte que la résolution ne soit pas promulguée. « Dans le cas contraire, les États-Unis devront en subir toutes les conséquences », a ajouté la diplomatie chinoise, sans préciser lesquelles.

Selon un porte-parole de l’ambassade, M. Branstad a rappelé à son interlocuteur que Washington suivait la situation à Hong Kong « avec une grande préoccupation ».

« Il a souligné que nous condamnions toute forme de violence et d’intimidation », a rapporté le porte-parole. « L’ambassadeur a ajouté que les États-Unis pensaient que toute société bénéficie d’élections libres et équitables où sont représentées différentes opinions ».

Un diplomate américain avait déjà été convoqué la semaine précédente à Pékin après le vote de la résolution au Sénat.

Après près de six mois de manifestations en faveur de la démocratie dans le territoire autonome chinois, des élections locales ont donné dimanche une large victoire au camp des opposants à Pékin et à la cheffe de l’exécutif local, Carrie Lam.