(Jakarta) Le ministre indonésien à la Sécurité Wiranto a été grièvement blessé jeudi par deux attaquants liés au groupe État islamique (EI), selon les autorités, dans un assaut sans précédent contre l’un des hommes les plus puissants du pays.

Agnes Anya
Agence France-Presse

L’ex-général de 72 ans a été attaqué par un homme armé d’un couteau qui lui a infligé deux graves blessures à l’abdomen, et par une femme, après une visite dans une université à Pandeglang, à l’ouest de l’île de Java.

AP

Le président Joko Widodo parle aux journalistes après l'attaque.

«Nous avons été capables de déterminer que les attaquants sont des membres de l’organisation Jamaah Ansharut Daulah (JAD)», liée au groupe État islamique (EI), a indiqué à des journalistes le chef des services de renseignement Budi Gunawan. «Ces groupes essayent de provoquer une déstabilisation», a-t-il accusé.

Les auteurs de l’attaque ont été identifiés comme Syahril Alamsyah, un homme de 31 ans et Fitri Andriana, une femme de 21 ans, qui forment un couple marié selon les médias locaux.

Wiranto, qui comme de nombreux Indonésiens n’a qu’un nom, a été transféré dans un hôpital militaire de Jakarta par hélicoptère.

AFP

L’intervention chirurgicale qu’il a subie s’est bien déroulée, a déclaré le secrétaire du cabinet Pramono Anung à la presse à l’hôpital militaire Gatot Subroto, précisant qu’il venait de voir le ministre et qu’il était en salle de soins intensifs.  

Auparavant, le président Joko Widodo, avait demandé aux Indonésiens leur aide «pour lutter ensemble contre le radicalisme et le terrorisme».

Cette attaque intervient une semaine avant la cérémonie d’investiture du président indonésien réélu en avril pour un second mandat à la tête du plus grand pays musulman du monde.

Trois autres personnes, un chef de la police locale et deux aides, ont été blessés dans l’attaque mais moins grièvement.

AP

Wiranto est transporté sur une civière.

Selon Madrohim,  un témoin de l’attaque, la jeune femme impliquée dans l’attaque était couverte d’un niqab sombre couvrant son visage.  

«Quand la voiture (de Wiranto) s’est arrêtée, il y avait des gens qui formaient un cercle, qui le protégeaient». «Mais un homme s’est faufilé dans le cercle et à frappé Wiranto avec un couteau. La femme a aussi essayé. Il a été arrêté et la femme s’est battue avec la police», a raconté ce témoin.

Les attaquants ont été précipités sur le sol par des policiers après l’attaque, selon des images diffusés par les chaînes de télévision. Puis ils ont été arrêtés et interrogés.

Wiranto déjà visé en mai

La police avait indiqué en mai dernier que Wiranto et trois autres hauts responsables avaient été la cible d’un complot en vue d’un assassinat, alors que des émeutes meurtrières secouaient la capitale Jakarta après l’annonce de la réélection de Joko Widodo.

Un groupe de six personnes avait été arrêté avant de passer à l’acte, selon la police qui avait dénoncé une tentative de déstabilisation du pays.

AFP

Wiranto

Les services de renseignement ont par ailleurs détecté plusieurs tentatives du mouvement extrémiste islamiste Jamaah Ansharut Daulah (JAD) destinées à perturber l’inauguration du second mandat de Joko Widodo le 20 octobre, selon le chef des services, Budi Gunawan.

Le JAD, qui a prêté allégeance au groupe djihadiste État islamique (EI) s’est fait connaître en janvier 2016 par des attaques armées et attentats suicide à Jakarta dans lesquels quatre civils ont péri, de même que quatre assaillants.

En mai 2018 le groupe a orchestré une série d’attentats contre des églises à Surabaya, la deuxième ville d’Indonésie dans l’est de l’île de Java, qui a tué une vingtaine de personnes dont des auteurs.

AFP

La police a établi un périmètre de sécurité sur le lieu de l'attaque.

Ces attaques ont marqué les esprits car des familles entières, dont deux filles de 9 et 12 ans, ont été impliquées dans les attentats kamikazes.

Wiranto, ancien commandant en chef de l’armée, a commencé sa carrière militaire sous l’ex-dictateur Suharto et est devenu une figure omniprésente dans la politique indonésienne, enchaînant plusieurs portefeuilles ministériels clés.  

Candidat malheureux à deux reprises à l’élection présidentielle, il est accusé par les organisations de défense des droits humains de crimes contre l’humanité dans les massacres qui ont suivi le référendum d’indépendance du Timor oriental en 1999.