(Manille) Le président philippin Rodrigo Duterte a révélé qu’il souffrait de myasthénie auto-immune, une maladie neuromusculaire pouvant entraîner de graves complications et qui se manifeste déjà chez lui par des troubles oculaires, dans des déclarations diffusées dimanche par la présidence.

Agence France-Presse

La santé de M. Duterté, 74 ans, fait l’objet de nombreuses spéculations depuis son entrée en fonction en 2016.

Il a révélé qu’il souffrait de myasthénie grave samedi soir, lors d’une apparition devant la communauté philippine lors de sa visite en Russie.

« L’un de mes yeux est plus petit. Il tourne sur lui-même », a-t-il dit selon une transcription de ses propos diffusée par la présidence.

« Il s’agit d’une myasthénie grave. Un dysfonctionnement [affectant] les nerfs. Je l’ai hérité de mon grand-père », a-t-il ajouté.

La myasthénie, une maladie auto-immune qui se traduit par des atteintes neuromusculaires, se manifeste par des troubles comme une paupière qui tombe sur l’œil, une vision trouble, des faiblesses musculaires ou une fatigue des doigts. Selon l’Institut national de la santé américain (NIH), jusqu’à 20 % des malades subissent une « crise » qui nécessite une assistance respiratoire.

Le président Duterte n’a pas précisé s’il avait présenté des problèmes graves consécutifs à sa maladie.

Son cabinet n’a pas fourni de détails, se contentant d’indiquer qu’il était en bonne forme.

Le président philippin avait auparavant évoqué à plusieurs reprises ses problèmes de santé, expliquant que c’était la raison de ses absences à des rencontres et sommets à l’étranger. En octobre 2018, il avait déclaré qu’il attendait les résultats d’un dépistage du cancer, avant d’annoncer plusieurs jours plus tard que les examens étaient négatifs.  

Il avait également évoqué ses migraines et révélé qu’il souffrait de la maladie de Buerger qui affecte les veines et les artères et est habituellement due au tabagisme.

Le président Duterte avait également révélé en 2016 qu’il prenait du fentanyl, un puissant antalgique, en raison d’une blessure à la colonne vertébrale due à un accident de moto.