(Manille) Le président philippin va de l’avant pour rapatrier au Canada des déchets qui auraient été envoyés illégalement au pays il y a plusieurs années, selon un porte-parole.

Jim Gomez
Associated Press

En conférence de presse, le porte-parole de Rodrigo Duterte, Salvador Panelo, a annoncé mercredi que le président avait ordonné aux responsables de chercher une entreprise de transport privée pour ramener les déchets sur le territoire canadien.

« Si le Canada n’accepte pas ses déchets, nous les laisserons dans ses eaux territoriales ou à une distance de 12 milles nautiques des rivages du pays, a déclaré M. Panelo. La position intransigeante du président en est une de principe : les Philippines, en tant que nation souveraine indépendante, ne doivent pas être traitées comme des ordures par d’autres nations étrangères. »

Les Philippines ont rappelé leur ambassadeur et leurs consuls du Canada la semaine dernière après que le pays n’eut pas respecté l’échéance du 15 mai pour reprendre ses déchets.

Le premier ministre Justin Trudeau a déclaré la semaine dernière que le Canada travaillait avec les autorités philippines pour arriver à une résolution rapide du conflit, mais il n’avait pas précisé d’échéancier.

M. Trudeau avait affirmé en 2017 que les problèmes juridiques pour empêcher le retour des déchets au Canada avaient été résolus.

Au moins 103 conteneurs d’ordures ménagères, dont des bouteilles et des sacs en plastique, des journaux et des couches, ont été expédiés du Canada aux Philippines de 2013 à 2014. La plupart des conteneurs restent dans deux ports de Manille et de Subic, ce qui a provoqué des manifestations de militants écologistes.

Selon les responsables philippins, une entreprise privée avait faussement déclaré qu’il s’agissait de déchets de plastique recyclables.

Rodrigo Duterte avait soulevé la question des ordures dans un discours le mois dernier, alors que les responsables des deux pays discutaient déjà d’une résolution à ce problème. Le controversé président avait avancé qu’il était prêt à « déclarer la guerre » contre le Canada sur cette question.

« De toute évidence, le Canada ne prend pas cette question au sérieux ni notre pays. Les Philippins sont gravement insultés par le fait que le Canada considère ce pays comme une décharge », a déploré son porte-parole.