(Moscou) La Corée du Nord retient depuis une semaine un bateau de pêche russe avec 17 membres d’équipage à son bord, accusé d’avoir violé les eaux territoriales nord-coréennes, a indiqué mercredi Moscou.

Agence France-Presse

Le bateau a été saisi le 17 juillet en mer du Japon par les garde-frontières nord-coréens, qui l’accusent d’avoir «enfreint les règles d’entrée et de séjour sur le territoire de la Corée du Nord», a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

Le bateau, qui appartient à la Société de pêche du Nord-Est, basée dans la région de Sakhaline en Extrême-Orient, transportait 17 membres d’équipage, 15 Russes et deux Sud-Coréens. Il est actuellement ancré au port de Wonsan, selon la même source.

Le capitaine, son adjoint et deux marins sud-coréens ont été logés dans un hôtel de cette ville portuaire située au bord de la mer du Japon, alors que les autres marins restent sur le bateau, a précisé dans un communiqué l’ambassade de Russie à Pyongyang.

Lundi, des diplomates du consulat de Russie en Corée du Nord ont rencontré les membres d’équipage qui sont «tous en bonne santé», souligne la même source.

«L’ambassade de Russie reste en contact permanent avec les autorités nord-coréennes […] et prend toutes les mesures nécessaires pour régler cette situation dans les plus brefs délais», ajoute le communiqué.

Pour sa part, le ministère sud-coréen de l’Unification a annoncé mercredi que le bateau XIANG HAI LIN 8 avait été saisi le 17 juillet dans les eaux territoriales nord-coréennes de la mer du Japon, après avoir quitté la veille la ville sud-coréenne de Sokcho, située 160 km au nord-est de Séoul.

«Le gouvernement sud-coréen fera de son mieux pour assurer la sécurité de nos citoyens, il doit prendre des mesures positives via des canaux inter-coréens et travaille en contact étroit avec le gouvernement russe», a souligné le ministère dans un communiqué.

De son côté, l’ambassade de Corée du Nord en Russie a affirmé mercredi que le capitaine du bateau saisi «avait admis avoir violé la frontière nord-coréenne». Les garde-frontières nord-coréens sont en train d’inspecter actuellement le bateau, selon un communiqué de l’ambassade.

«Si aucune violation n’est détectée au cours de l’inspection, le bateau sera relâché», assure le communiqué.