(Rangoun) Confronté à une panne de train d’atterrissage, un pilote birman a réalisé un exploit dimanche, réussissant à poser au sol un appareil dépourvu de roues avant, a annoncé l’aviation civile.

Agence France-Presse

L’atterrissage, qui n’a fait aucun blessé parmi les 89 passagers et membres d’équipage, est le second incident aérien en une semaine en Birmanie.

Le vol UB-103 de Myanmar Airlines, un Embraer-190, s’est posé à Mandalay aux alentours de 9 h (22 h 30 HE, samedi).  

PHOTO NAY MIN VIA REUTERS

De la fumée a fait son apparition dans la cabine avant l'atterrissage.

Ye Htut Aung, directeur adjoint du département birman de l’aviation civile, a expliqué à l’AFP que le pilote avait tenté à plusieurs reprises de faire descendre le train d’atterrissage avant, d’abord via l’ordinateur de bord puis manuellement.  

« Ils ont essayé deux fois, survolant l’aéroport en demandant à vérifier si les roues avant étaient descendues ou pas », a-t-il déclaré, parlant de « défaut technique ». « Ils ont dû atterrir avec les roues arrière. Le pilote a pu le faire avec talent. Il n’y a pas eu de victimes ».

Soe Moe, un passager, a expliqué à l’AFP que de la « fumée était sortie au moment de l’atterrissage. Tous les passagers étaient OK ».  

Une enquête a été ouverte.

Mercredi, un avion de Biman Bangladesh Airlines avait connu un atterrissage mouvementé et une sortie de piste à l’aéroport de Rangoun, faisant 11 blessés parmi les passagers.  

En 2017, un avion militaire s’était abîmé en mer d’Andaman avec 122 personnes à bord, l’une des plus importantes catastrophes aériennes du pays.