(Paris) Des condoléances et des appels à défendre la liberté religieuse se sont multipliés dans le monde en réaction aux attentats sanglants qui ont endeuillé dimanche le Sri Lanka, frappant des hôtels et des églises où des chrétiens célébraient Pâques.

Agence France-Presse

VATICAN

Le pape François exprime sa « tristesse » face à ces « graves attentats, qui précisément aujourd’hui, jour de Pâques, ont porté deuil et douleur dans plusieurs églises et autres lieux de réunion au Sri Lanka ». Il se dit proche de « toutes les victimes d’une si cruelle violence ».

ONU

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, « scandalisé », « rappelle le caractère sacré de tous les lieux de culte. Il espère que les auteurs de ces actes seront rapidement traduits en justice ».

AMÉRIQUE

Canada : le premier ministre Justin Trudeau a condamné « avec vigueur les attaques haineuses commises contre les Chrétiens dans des églises et des hôtels ». « Des nouvelles absolument horribles du Sri Lanka. [...] Nos cœurs et nos pensées accompagnent les familles et les proches des personnes tuées ou blessées », a écrit M. Trudeau sur Twitter.

États-Unis : le président Donald Trump condamne « les attaques terroristes horribles contre des églises et des hôtels » et assure : « nous sommes prêts à apporter notre aide ! ».  

EUROPE

Union européenne : le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker exprime son « horreur » et sa « tristesse » face à ces attentats ayant frappé des personnes « qui s’étaient rassemblées pour prier pacifiquement ou venir visiter ce beau pays ». Pour la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini, « de tels actes de violence en ce jour saint sont des actes de violence contre toutes les croyances ».

Grande-Bretagne : la première ministre Theresa May, dont le pays a colonisé le Sri Lanka (1796-1948), dénonce des « actes de violence […] réellement effroyables » et estime que « nous devons nous unir pour faire en sorte que personne ne doive jamais avoir à pratiquer sa foi dans la peur ».

Allemagne : la chancelière Angela Merkel déplore que « des gens rassemblés pour célébrer Pâques aient été ciblés délibérément » et estime que « la haine religieuse et l’intolérance qui se sont manifestées de façon terrible aujourd’hui ne doivent pas l’emporter ».

France : « toute notre solidarité avec le peuple sri-lankais et nos pensées pour tous les proches des victimes en ce jour de Pâques », affirme le président Emmanuel Macron, évoquant sa « profonde tristesse » après ces « actes odieux ».

Pays-Bas : « terribles informations du Sri Lanka sur des attaques sanglantes contre des hôtels et des églises en ce dimanche de Pâques », tweete le premier ministre Mark Rutte, dont le pays avait colonisé le Sri Lanka en 1658 avant l’arrivée des Britanniques.

Espagne : « ma condamnation la plus énergique », réagit le chef du gouvernement Pedro Sanchez. « Des dizaines de victimes qui célébraient la Pâque de la Résurrection nous font pleurer. La terreur et la barbarie ne nous feront jamais plier ».

Italie : le vice-premier ministre Matteo Salvini adresse « [sa] prière, celle du gouvernement et de tous les Italiens pour les morts innocents massacrés par des terroristes au Sri Lanka ».

Russie : le président Vladimir Poutine s’attend à ce que les responsables « d’un crime aussi cynique et haineux commis au milieu des célébrations de Pâques soient punis comme ils le méritent » et « réaffirme que la Russie a été et reste un partenaire fiable du Sri Lanka pour combattre la menace du terrorisme international ».

ASIE/PACIFIQUE

Inde : pour le premier ministre Narendra Modi, « une telle barbarie n’a pas sa place dans notre région », « l’Inde est solidaire du peuple du Sri Lanka ».

Pakistan : le premier ministre Imran Khan « condamne fortement l’horrible attaque terroriste au Sri Lanka en ce dimanche de Pâques qui a provoqué la perte de vies précieuses et des centaines de blessés » et assure le Sri Lanka de la « totale solidarité » de son pays.

Australie : pour le premier ministre Scott Morrison « notre cœur va vers ces chrétiens et tous les autres innocents qui ont été massacrés aujourd’hui dans cette attaque atroce ».

Nouvelle-Zélande : après le massacre de 50 fidèles musulmans le 15 mars à Christchurch par un suprémaciste blanc australien, la première ministre Jacinda Ardern estime que « voir une attaque au Sri Lanka sur des personnes se trouvant dans des églises et des hôtels est accablant ». « Nous devons trouver collectivement les réponses pour mettre fin à une telle violence ».

PROCHE-ORIENT

Iran : le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif est « terriblement attristé par les attaques terroristes contre des fidèles sri-lankais durant Pâques ». « Le terrorisme est une menace mondiale qui n’a pas de religion : il doit être condamné et affronté de manière mondiale ».

Israël : le gouvernement israélien se dit « prêt à aider les autorités du Sri Lanka en ces temps difficiles. Le monde entier doit s’unir dans la lutte contre le fléau de la terreur ».

Palestine : le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas dénonce des attentats « horribles et criminels ». « Le terrorisme se répand comme une épidémie dans le monde entier », constate-t-il, appelant les pays « à coopérer pour [l’] éradiquer ».

Jordanie : le ministre des Affaires étrangères Aymane al-Safadi souligne que son pays « condamne fermement ces crimes atroces et participe au combat contre le terrorisme et son idéologie de haine ».

Golfe : l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Koweït et Bahreïn apportent leur soutien au Sri Lanka et soulignent leur rejet du terrorisme, de même que le Qatar.  

AFRIQUE

Égypte : le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi condamne des « actes terroristes » qui « ciblent l’humanité tout entière ».

Al-Azhar : « L’instinct de ces terroristes contredit les préceptes de toutes les religions », condamne la grande institution de l’islam sunnite Al-Azhar, basée au Caire.

Le président kényan Uhuru Kenyatta, rappelant que son pays a été frappé par des attentats meurtriers, assure Colombo de son « soutien total […] pour travailler ensemble à combattre le démon du terrorisme ».