(Mexico) L’élection « historique » de Claudia Sheinbaum, première présidente du Mexique, a été saluée lundi par les partenaires du plus grand pays hispanophone au monde miné par la violence, avec un nouveau candidat aux municipales assassiné.

Au moins 27 candidats à des élections locales, qui se tenaient en même temps que la présidentielle et les législatives, ont été tués pendant la campagne, selon le décompte de l’AFP.

Le dernier en date est Yonis Baños, candidat du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI, droite) à la mairie de Santo Domingo Armenta (sud), tué chez lui après la fermeture des bureaux de vote dimanche soir, selon les autorités.

Claudia Sheinbaum, scientifique de 61 ans et ancienne maire de Mexico, a remporté une victoire écrasante avec 58 à 60 % des voix, d’après les résultats partiels de l’Institut national électoral (INE) pour cette élection à un tour.

La candidate du Mouvement pour la régénération nationale (Morena) au pouvoir a devancé l’ex-sénatrice de centre droit Xochitl Galvez, qui obtient entre 26 et 28 % des voix. Le centriste Jorge Alvarez récolte entre 9,9 % et 10,8 % des voix, selon l’INE.

PHOTO SEILA MONTES, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

La candidate défaite Xochitl Galvez

Mme Galvez, qui a reconnu sa défaite, a cependant annoncé lundi son intention de déposer des « recours » devant les instances électorales pour dénoncer « une compétition inégale contre tout l’appareil d’état » qui a favorisé « sa candidate ».

Victoire « historique »

De Joe Biden à Vladimir Poutine, le monde a salué la victoire « historique » de la première femme élue présidente dans l’histoire du Mexique en 200 ans, pour un mandat de six ans jusqu’en 2030.

Le président américain Joe Biden s’est dit impatient de travailler avec elle « dans un esprit de partenariat et d’amitié ».

Le Mexique est le premier partenaire commercial des États-Unis. Les deux pays entretiennent une relation bilatérale intense et complexe (migrations, trafic de drogue et d’armes).

Le premier ministre canadien Justin Trudeau a également félicité Mme Sheinbaum : « Notre accord de libre-échange [avec les États-Unis et le Mexique] fait l’envie du monde entier » et « je me réjouis à l’idée de renforcer cette relation ».

En Europe, le président russe Vladimir Poutine a rappelé que « le Mexique a été traditionnellement un partenaire amical de la Russie en Amérique latine ».  

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a lui souhaité que « le Mexique puisse jouer un rôle dans l’effort global pour restaurer une paix juste et durable en Ukraine ».

Le président français Emmanuel Macron a appelé lundi la présidente désignée pour la féliciter et lui proposer de « travailler étroitement sur les grands défis mondiaux », à savoir notamment le changement climatique, et les droits des femmes, a indiqué l’Élysée.

Dans un message publié sur X après l’entretien, M. Macron s’est dit « heureux » de leur premier échange téléphonique : « Nous allons poursuivre ensemble le partenariat historique entre le Mexique et la France. »

En Amérique latine, le président brésilien Lula a salué la victoire « d’une femme progressiste ».

« J’ai l’intention de voyager au Mexique cette année pour renforcer nos relations commerciales », a annoncé Lula, en rappelant que les deux pays étaient les deux premières économies d’Amérique latine.

Marchés inquiets

Mme Sheinbaum entrera en fonction le 1er octobre, en prenant le relais du très populaire président sortant Andres Manuel Lopez Obrador.

« C’est vraiment un évènement historique », a déclaré Lopez Obrador lundi matin, en confirmant son retrait de la vie politique.

Le parti au pouvoir Morena a aussi remporté la majorité des deux tiers au Congrès et des députés, dans l’attente des résultats définitifs au Sénat.

Le peso mexicain a perdu 4,3 % à 17,7 pour un dollar lundi matin, et la bourse a chuté de 6,01 % à la clôture.

Les marchés sont inquiets du fait que Morena (gauche) « obtient la majorité qualifiée au Congrès, ce qui permet l’approbation de changements constitutionnels en cours », a déclaré Víctor Ceja, économiste en chef de la société financière Valmex.

La candidate élue devrait déclarer « qu’on ne changera pas l’autonomie de la Banque centrale », qu’il y aura « de la discipline fiscale, et qu’on ne touchera pas » à la division des pouvoirs, selon Gabriela Siller, analyste à la Banco Base.

Mme Sheinbaum a indiqué lundi que l’actuel secrétaire (ministre) des Finances, Rogelio Ramírez de la O, avait accepté de rester en place.

«  C’est un grand serviteur public qui donne la certitude de la bonne gestion financière et économique », a dit la présidente désignée sur X.

Narcoviolence

Petite-fille de juifs ayant fui le nazisme et la misère en Lituanie et en Bulgarie, Mme Sheinbaum devra notamment relever le défi de la narcoviolence.

Le pays enregistre une moyenne de plus de 30 000 homicides par an, soit environ 80 par jour.  

La violence est devenue exponentielle à partir de décembre 2006, à la prise de fonction de l’ex-président Felipe Calderon (2006-2012) qui a lancé une offensive contre les cartels avec la participation des militaires.

Depuis, le Mexique a enregistré quelque 450 000 homicides et 100 000 disparitions.

« Nous conduirons le Mexique sur le chemin de la paix et de la sécurité », a déclaré la présidente désignée, qui a également promis de lutter contre la violence envers les femmes dans un pays qui compte une moyenne de dix féminicides par jour, d’après l’ONU.