(Santiago du Chili) Les investissements directs étrangers en Amérique latine ont chuté de 34,7 % en 2020, le pire chiffre pour les entrées de capitaux depuis 2010, notamment en raison de la pandémie de coronavirus, a rapporté jeudi une agence de l’ONU.

Agence France-Presse

La région est « l’une des plus touchées au monde » par les conséquences de la pandémie, a indiqué la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) qui relève une diminution des investissements étrangers de 56 milliards de dollars par rapport à 2019.

Avec 105,48 milliards de dollars investis en 2020, c’est « la deuxième année consécutive de baisse », note-t-elle.

Seuls cinq pays de la région ont vu augmenter leurs entrées de capitaux étrangers en 2020 : les Bahamas et la Barbade dans les Caraïbes, l’Équateur et le Paraguay en Amérique du Sud, et le Mexique en Amérique centrale.

« Le Mexique devient le deuxième bénéficiaire des investissements directs étrangers après le Brésil » qui « a connu une forte baisse de 35,4 %, ce qui pèse lourdement sur la moyenne régionale », a déclaré Alicia Barcena, secrétaire générale de la CEPALC lors de la présentation du rapport.

Au niveau sous-régional, les investissements étrangers ont chuté de 89,4 % en Amérique centrale, de 40,4 % en Amérique du Sud et de 25,5 % dans les Caraïbes.

Par secteurs, la plus forte réduction des investissements étrangers a concerné les ressources naturelles, avec une baisse de 47,9 % par rapport à 2019, suivies par le secteur manufacturier (-37,8 %) et les services (-11 %).

Les capitaux étrangers en Amérique latine viennent principalement du continent européen, même s’ils ne représentent que 38 % des investissements contre près de 50 % en 2019 et des États-Unis qui ont augmenté leur part de 10 points de pourcentage, à 37 %.