(Guatemala) Des dizaines de personnes ont manifesté samedi au Guatemala pour réclamer la démission du président Alejandro Giammattei, accusé d’être responsable de la pénurie de vaccins.

Agence France-Presse

« Nous manifestons pour qu’il (Giammattei] démissionne et qu’il nous dise où est l’argent des vaccins », a déclaré à l’AFP Karla Pérez, manifestante âgée de 48 ans.

« Les vaccins vont dans les bras pas dans les poches », proclamait une banderole déployée par les manifestants devant le Palais national, siège du gouvernement, placée sous haute protection.

Quelque 658 200 doses de vaccin sont arrivées depuis février au Guatemala, pays de 16 millions d’habitants.

Pour les manifestants, ces chiffres sont surtout révélateurs d’une mauvaise gestion et alimentent les soupçons de corruption.

« Le gouvernement s’est montré très peu transparent avec l’usage de l’argent. Il y a une incompétence totale de l’administration », a ainsi estimé Jorge Búcaro, leader de l’Association des étudiants de l’université San Carlos (USAC), la seule publique dans le pays.

PHOTO LUIS ECHEVERRIA, REUTERS

Le président guatémaltèque Alejandro Giammattei

Le président Giammattei, un médecin âgé de 65 ans, a indiqué que le manque de vaccins était dû à la forte demande dans le monde et a critiqué Covax lui imputant le retard dans les livraisons.

Depuis le mois de mars, ce pays centraméricain a enregistré 233 696 cas de contamination à la COVID-19 pour 7695 morts.