(Mexico) Un groupe de militantes féministes a manifesté mardi devant le palais présidentiel à Mexico contre un candidat à un poste de gouverneur qu’elles accusent de viols et harcèlement.

Agence France-Presse

Vêtues de noir et encagoulées, plusieurs dizaines de manifestantes se sont rassemblées afin d’exiger du président mexicain, Andres Manuel Lopez Obrador, et de son parti Morena qu’ils bloquent la candidature de Felix Salgado, 63 ans, au poste de gouverneur de l’État de Guerrero (sud).

Les manifestantes ont forcé les clôtures métalliques entourant le palais présidentiel et ont peint sur ses murs des slogans tels que : « un violeur ne sera pas gouverneur ».  

La manifestation a été dispersée par la police. Les militantes se sont ensuite rendues devant une annexe de la mairie de Mexico pour y poursuivre leur protestation.

Plusieurs plaintes ont été déposées à l’encontre de Felix Salgado par des femmes qui affirment avoir été violées ou harcelées par cet homme politique depuis 1998.

L’affaire a gagné en audience avec les déclarations de López Obrador, qui soutient que cet ancien sénateur est présumé innocent jusqu’à ce qu’il soit condamné par un juge.

Une commission d’éthique du parti Morena s’est abstenue d’exclure Salgado de la course. Le bureau du procureur du Guerrero a déclaré lundi qu’il analysait la question de savoir s’il était justifié d’inculper pénalement Felix Salgado et a précisé qu’une affaire remontant à 1998 avait déjà été classée sans suite.

Mardi, Lopez Obrador a réaffirmé qu’« il ne devrait pas y avoir de lynchages pour raisons politiques », en affirmant qu’il fallait s’en remettre aux « instances juridiques ».

Le leader de gauche a également soutenu que le mouvement féministe est « exploité » par ses adversaires politiques à des fins électorales.

Le 6 juin, les Mexicains doivent élire des députés à la chambre basse du Congrès, ainsi que 15 des 32 gouverneurs d’État et des milliers de maires et autres responsables locaux.