(Brasilia) Le Brésil manque de respirateurs, de lits de soins intensifs, de personnel qualifié, d’équipements de protection et de tests de diagnostic à l’approche de la « phase la plus aiguë » du Covid-2019, a alerté samedi le ministère de la Santé.

Agence France-Presse

« Les lits de soins intensifs et d’hospitalisation ne sont pas correctement structurés ni en nombre suffisant pour la phase la plus aiguë de l’épidémie », prévient un rapport publié par ce ministère, qui fait le point sur la situation au Brésil en matière de soins liés à l’épidémie.

Il y a en outre « un manque de professionnels de la santé qualifiés pour faire fonctionner l’équipement de ventilation mécanique, la physiothérapie respiratoire et les soins infirmiers avancés pour la prise en charge des patients gravement atteints par la COVID-19 », ajoute-t-il.

Jusqu’à ce que l’approvisionnement du matériel atteigne le bon niveau, y compris du côté des équipements de protection pour le personnel soignant, les autorités sanitaires ne recommandent pas d’assouplir les mesures de distanciation sociale, contrairement à ce que prône le président Jair Bolsonaro qui parle d’une « petite grippe ».

Le Brésil peut actuellement effectuer jusqu’à 6700 tests quotidiens de dépistage dans des laboratoires agréés, mais en nécessitera entre 30 000 et 50 000 lors de la période critique à venir, selon le rapport.

Le géant latino-américain de 210 millions d’habitants a officiellement répertorié 10 278 malades du coronavirus et déplore 432 décès.

« Nous voulons commencer à affronter le coronavirus différemment des autres pays. Ils n’ont pas eu le temps, ils ont dû augmenter les lits, acheter du matériel, dans la phase la plus difficile de la maladie », a déclaré samedi João Gabbardo, secrétaire exécutif du ministère de la Santé, en conférence de presse à Brasilia.

« Nous, nous avons eu le temps, nous avons acheté une partie des équipements de protection individuelle (même s’il nous en manque encore), nous avons réussi à augmenter significativement le nombre de lits et nous l’augmenterons davantage », a-t-il assuré.