(Lima) Au moins 16 personnes sont mortes dans une région reculée du Pérou après avoir consommé une liqueur frelatée censée « prévenir » contre la COVID-19, a rapporté vendredi l’agence d’État Andina.  

Agence France-Presse

« Ces patients ont été admis à l’hôpital Lircay le 28 mars pour avoir consommé de l’alcool afin d’éviter la propagation et la contagion du coronavirus […], ce qui a coûté la vie à 16 personnes », écrit Andina en citant des autorités sanitaires de la région andine de Huancavelica, à 400 kilomètres au sud-est de Lima, la capitale.

Des policiers « ont saisi les boissons alcoolisées », qui avaient été vendues dans un « établissement à la réputation douteuse », selon l’agence Andina. « Les symptômes que présentaient les personnes décédées étaient ceux d’une intoxication », selon le gouvernement régional, cité par Andina.

Depuis le 16 mars, les autorités péruviennes ont mis en place un confinement obligatoire et un couvre-feu nocturne pour tenter de limiter la progression de la pandémie, qui a jusqu’à présent infecté 1595 personnes dans ce pays, dont 61 décès, selon le bilan officiel.