(Sao Paulo) Le Brésil a recensé mercredi un premier cas de coronavirus dans une communauté amérindienne, une jeune femme de 20 ans vivant près de la frontière avec la Colombie, a annoncé le ministère de la Santé.

Agence France-Presse

« Il s’agit du seul cas d’indigène atteint de COVID-19 au Brésil », a précisé dans un communiqué le Secrétariat spécial de la Santé indigène (Sesai), organe du ministère.

La jeune femme de l’ethnie kokama est une professionnelle de santé vivant à Santo Antonio do Iça, dans l’État d’Amazonas.

Elle travaillait aux côtés d’un médecin testé positif la semaine dernière après être rentré de vacances dans le sud du Brésil.

« Pour le moment, elle ne présente pas de symptômes. Les membres de sa famille sont également en observation et à l’isolement », a ajouté le communiqué.

Les quinze collaborateurs du médecin et douze patients de l’ethnie tikuna qu’il a traités récemment ont été testés et placés en observation.

La pandémie du nouveau coronavirus est une grande source de préoccupation pour les peuples amérindiens d’Amazonie, qui ont déjà beaucoup souffert au contact du monde extérieur.

Le ministre de la Santé Luiz Henrique Mandetta a souligné, lors d’une conférence de presse, que « la santé des indigènes constitue une grande source d’inquiétude » compte tenu de la vulnérabilité historique de ces communautés face aux virus importés.

Les maladies amenées par les colons européens ont décimé près de 95 % des autochtones d’Amérique.

« Il faut porter une attention décuplée à l’égard de ces populations », principalement celles qui n’entretiennent que très peu de relations avec l’extérieur, a prévenu M. Mandetta.

Le virus peut être plus meurtrier chez les indigènes, a-t-il ajouté.

« Les dirigeants autochtones arrivant de l’étranger », après des déplacements avec des ONG, ont été invités à s’isoler pendant quatorze jours et à ne pas se rendre dans les villages, a rappelé le ministre.

Le Brésil compte près de 800 000 Amérindiens de plus de 300 ethnies.

Ce pays de 210 millions d’habitants a enregistré, selon le dernier bilan du ministère de la Santé, 6836 cas de COVID-19, dont 240 décès.

Dans l’État d’Amazonas, 200 cas ont été recensés, dont 3 mortels.

Le Sesai a également indiqué qu’il allait intensifier la surveillance de la grippe et des maladies respiratoires dans les 34 districts sanitaires spéciaux autochtones.