(Caracas) L’oncle de l’opposant Juan Guaidó a été arrêté mardi à leur arrivée au Venezuela, car il portait un explosif à sa descente de l’avion, a affirmé mercredi Diosdado Cabello, un haut dirigeant fidèle au président Nicolas Maduro.

Agence France-Presse

Juan Marquez « portait des lampes de poche tactiques » qui dissimulaient « dans le compartiment à piles des substances chimiques de nature explosive, vraisemblablement un explosif synthétique C4 », a dit M. Cabello, président de l’Assemblée constituante au Venezuela, considéré comme le N.2 du régime.

L’oncle de Juan Guaidó transportait également des explosifs dans des « capsules de recharge de parfum », un « gilet pare-balles » et une clé USB dissimulée dans la télécommande d’un véhicule avec de prétendus « plans d’attaque », a ajouté M. Cabello sur la télévision étatique.

M. Marquez a voyagé sur le vol commercial Lisbonne-Caracas, de la compagnie portugaise TAP, en compagnie de son neveu, de retour d’une tournée internationale aux États-Unis et en Europe.

Juan Guaidó, reconnu comme le président par intérim du Venezuela par près de soixante pays, avait dénoncé la « disparition » de son oncle maternel, tenant le chef de l’État socialiste Nicolas Maduro pour responsable de « tout ce qui lui arriverait ».

Juan Marquez a été détenu au siège de la Direction du contre-espionnage militaire à Caracas. Le service de presse de M. Guaidó a annoncé qu’il aurait été transféré devant un tribunal de La Guaira, une ville côtière où se trouve l’aéroport international de Maiquetia.

Le dirigeant a par ailleurs assuré que l’ambassadeur du Portugal à Caracas, Carlos Sousa Amaro, avait essayé d’intercéder en faveur de Juan Marquez, mais il a écarté toute libération et accusé le diplomate d’ingérence dans des « affaires intérieures ».

Il a aussi accusé la compagnie TAP d’avoir violé les « normes internationales », en « permettant d’emporter des explosifs » et en occultant l’identité de Juan Guaidó dans la liste des passagers.