(Santiago du Chili) Un homme est mort asphyxié dans l’incendie d’un supermarché, vendredi au Chili, où a lieu une nouvelle poussée de violence, plus de trois mois après le début d’une crise sociale sans précédent.  

Agence France-Presse

Il s’agit du troisième mort en trois jours.  

Dans la nuit de jeudi à vendredi, un groupe de casseurs a pillé et incendié un supermarché dans la localité de San Ramon, zone populaire au sud de la zone métropolitaine de Santiago. Les pompiers ont retrouvé le corps de la victime et sauvé deux autres personnes des flammes.  

Il s’agit d’une « personne de 30 ou 40 ans » et la cause de sa mort « serait une asphyxie par inhalation de monoxyde de carbone », a annoncé vendredi la commissaire Carolina Nuñez à des médias locaux.

Un autre supermarché a été pillé et la police a arrêté 16 personnes, tandis que des barricades incendiées étaient visibles à plusieurs endroits de la capitale chilienne.  

Mardi, un partisan d’un club de soccer avait été tué, renversé par un camion de police lors d’affrontements avec les forces de l’ordre à la suite d’un match du championnat national au stade Colo Colo, dans le sud de Santiago.

PHOTO EDGARD GARRIDO, REUTERS

Les funérailles de Jorge Mora, renversé par un camion de police, ont été célébrées jeudi à Santiago.

Le lendemain, un jeune homme de 22 ans est mort alors qu’il protestait sur une barricade dans la même commune de San Ramon, dans la zone métropolitaine de Santiago.  

Il a « été renversé par un autobus de [la régie publique] Transantiago qui avait été volé peu avant par des manifestants encagoulés », a annoncé la police dans un communiqué.  

Cette nouvelle flambée de violence intervient alors que les troubles avaient baissé en intensité depuis plusieurs semaines, se limitant à des manifestations, parfois émaillées de violences, tous les vendredis dans le centre de la capitale.  

Une trentaine de personnes ont été tuées depuis le début de la crise, en majorité dans des incendies. Plusieurs milliers d’autres ont été blessées dans la répression des manifestations.