(Caracas) Des agents des services de renseignement vénézuéliens (Sebin) ont perquisitionné mardi à Caracas les bureaux de l’opposant Juan Guaidó, en déplacement en Europe, a dénoncé la députée d’opposition Delsa Solorzano.

Agence France-Presse

« On vient de nous confirmer que des fonctionnaires du Sebin sont à l’intérieur du bureau du président Guaidó », a déclaré à des journalistes la députée.

PHOTO MANAURE QUINTERO, REUTERS

La députée d’opposition Delsa Solorzano.

Elle a indiqué s’être entretenue avec des agents de sécurité du bâtiment où se trouvent les bureaux du chef de file de l’opposition, reconnu comme président par intérim du Venezuela par une cinquantaine de pays.

Des agents du Sebin, vêtus de noir et armés, le visage dissimulé par des cagoules, avaient patrouillé pendant des heures autour du bâtiment, la tour Zurich, a constaté l’AFP.

« Quelle que soit la procédure en cours, ils la mènent sans autorisation […] sans témoins et ils n’ont pas montré de mandat de perquisition », a ajouté Delsa Solorzano, devant l’entrée de la tour.

Deux agents encagoulés étaient postés à l’entrée des bureaux de Juan Guaidó, vides au moment de l’arrivée des forces de sécurité, selon une vidéo diffusée par un autre député d’opposition, Angel Torres. Plusieurs autres députés se sont rendus sur place.

PHOTO AP

M. Torres a dit craindre que les agents du Sebin ne « disposent » de fausses preuves dans les locaux.

L’opposition avait déjà dénoncé l’arrestation dans la matinée d’un député de ses rangs tandis qu’il se rendait au Parlement.

« Dictature lâche ! Alors que je suis en tournée, consolidant mon soutien pour surmonter la tragédie que vivent les Vénézuéliens, ils s’exhibent sans honte : Ils enlèvent le député » Ismael Leon « et ouvrent notre bureau », a écrit sur Twitter Juan Guaidó.

PHOTO ALBERTO PEZZALI, AP

Juan Guaidó, à Londres

Les autorités n’ont fait aucun commentaire.

Bravant l’interdiction qui lui a été faite de quitter le territoire vénézuélien, le chef de file de l’opposition est actuellement en tournée internationale. Il a rencontré mardi le premier ministre britannique Boris Johnson.

La veille il s’était rendu à Bogota, où il s’était entretenu avec le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo qui lui a promis plus d’« actions » de soutien dans son entreprise pour évincer du pouvoir le président Nicolas Maduro, menée en vain depuis un an.