(Guatemala) Le nouveau président du Guatemala, Alejandro Giammattei, a annoncé jeudi rompre les relations diplomatiques de son pays avec le gouvernement du président vénézuélien Nicolas Maduro.

Agence France-Presse

« Nous rompons définitivement les relations avec le gouvernement du Venezuela », a déclaré le chef de l’État à des journalistes, avant une réunion au siège du gouvernement avec le secrétaire général de l’Organisation des États américains (OEA), Luis Almagro.

Le nouveau président de droite, entré en fonctions mardi, a souligné que cette rupture était « définitive » et que le ministre des Affaires étrangères, Pedro Brolo, avait reçu des instructions pour que le représentant diplomatique de M. Maduro dans la capitale guatémaltèque quitte le pays.  

PHOTO MANAURE QUINTERO, REUTERS

Le président vénézuélien Nicolas Maduro

Après l’annonce de cette mesure, le ministre vénézuélien des Affaires étrangères Jorge Arreaza a déclaré que M. Giammattei « s’était jeté aux pieds » du président américain Donald Trump.

« Son gouvernement va certainement devenir une autre plaisanterie de mauvais goût que nous verrons passer et se dessécher », a écrit M. Arreaza sur Twitter.

Lors de son élection en novembre, Alejandro Giammattei avait déjà annoncé qu’il romprait les relations diplomatiques de son pays avec Caracas pour reconnaître le chef de file de l’opposition Juan Guaidó comme président par intérim du Venezuela.

PHOTO MATIAS DELACROIX, AP

Le président par intérim du Venezuela, Juan Guaidó

Son prédécesseur, l’ex-président Jimmy Morales (2016-2020), avait déjà reconnu comme tel Juan Guaidó en janvier 2019, mais l’ambassade du Venezuela avait continué de fonctionner sous la direction du chargé d’affaires.  

Ce dernier avait remplacé l’ambassadrice Alicia Salcedo après que le gouvernement guatémaltèque eut demandé son départ, l’accusant d’ingérence.  

M. Giammattei avait tenté en octobre d’entrer au Venezuela pour rencontrer Juan Guaidó, mais il avait été refoulé. Les autorités avaient notamment indiqué qu’il n’avait pas d’invitation du gouvernement vénézuélien.  

Le Guatemala est un membre actif du Groupe de Lima, une instance composée d’une douzaine de pays d’Amérique latine et du Canada, créé en 2017 pour chercher une issue à la crise au Venezuela. Le Groupe de Lima reconnaît Juan Guaidó comme président par intérim du Venezuela.