(Rio de Janeiro) Près de la moitié des Brésiliens estiment que le président Jair Bolsonaro n’est pas responsable des plus de 100 000 décès causés par la pandémie de COVID-19, selon un sondage publié samedi par le journal Folha de Sao Paulo.

Agence France-Presse

47 % des personnes interrogées par l’Institut Datafolha estiment que Bolsonaro « n’est en rien responsable » du nombre élevé de décès, 41 % le considèrent comme « l’un des responsables, (mais pas le principal) », et 11 % le considèrent comme « le principal responsable » de ce bilan.  

Les premiers résultats de l’enquête, réalisée les 11 et 12 août sur la base de 2065 entretiens téléphoniques, avaient déjà montré vendredi que Bolsonaro restait plus populaire que jamais depuis le début de son mandat en 2019, malgré les critiques de nombreux spécialistes dans sa gestion de la pandémie.

Son taux d’approbation a augmenté de cinq points depuis juin, passant de 32 % à 37 %, et son taux de rejet a chuté de dix points, passant de 44 % à 34 %.

Sa popularité s’est accrue chez les millions de Brésiliens qui ont reçu une aide d’urgence d’au moins 600 réais par mois pour atténuer les conséquences de la crise économique.  

La pandémie a fait plus de 106 500 morts au Brésil, où elle a infecté plus de 3,2 millions de personnes.

Depuis le début de l’urgence sanitaire en mars, Bolsonaro a minimisé sa gravité et s’est confronté aux gouverneurs régionaux qui désiraient mettre en place des mesures de distanciation sociale pour freiner la contagion.

Le président estimait qu’il s’agissait d’un remède « pire que le mal » en raison des conséquences économiques.

Bolsonaro, qui a dit avoir été infecté par le coronavirus en juillet, affirme également avoir été guéri par l’utilisation de la chloroquine, remède dont l’efficacité n’a pas été scientifiquement prouvée.