(Arequipa) « Monsieur le présideeeeeent, ne partez paaas ! ». En larmes, visière et masque chirurgical sur le visage, une femme court derrière le convoi du président péruvien Martin Vizcarra, en visite à Arequipa, ville débordée par le virus : elle implore un lit d’hôpital pour son mari, agonisant. Il décèdera deux jours plus tard.  

Agence France-Presse

Depuis dimanche, date à laquelle elle a été tournée, la vidéo de Celia Capira est devenue virale.  

Adolfo Mamani, son mari, est mort deux jours plus tard, mardi, à l’âge de 57 ans.

Le drame de cette commerçante de 33 ans et mère de trois enfants illustre la détresse qui règne à Arequipa, la deuxième ville du Pérou, où les hôpitaux sont débordés par la pandémie de coronavirus : ils manquent de lits et d’oxygène, et des patients attendent aux abords des établissements dans l’espoir d’être soignés.

« Ils l’ont tué, il allait bien, on nous a dit qu’il était stable. Ce matin, je lui ai apporté le petit déjeuner », a lancé mardi Celia au personnel médical, lui reprochant le manque d’attention, selon les médias locaux.

« Président, vous devez aller voir sous la tente, ne partez pas de l’hôpital sans voir les conditions dans lesquelles ils (les malades) sont », avait-elle dit dimanche en pleurs à proximité de l’hôpital Honorio Delgado alors que le convoi présidentiel s’éloignait. Le chef de l’État venait de visiter cet établissement.

PHOTO JOSE SOTOMAYOR JIMENEZ, AFP

Adolfo Mamani, le mari de Celia Capira, est mort mardi, à l’âge de 57 ans.

Les médias locaux ont rapporté que des patients atteints de la COVID-19 dormaient sous des tentes installées près des hôpitaux et que d’autres passaient la nuit dans leurs voitures garées à proximité, dans l’espoir d’obtenir un lit et d’être soignés.

De longues files d’attente ont aussi été formées par des malades qui veulent désespérément acheter de l’oxygène médical à l’hôpital Honorio Delgado.

Devant cette situation, le gouvernement a adopté un décret qui autorise le ministère de la Santé à prendre le contrôle des hôpitaux d’Arequipa.

PHOTO DIEGO RAMOS, AFP

Les médias locaux ont rapporté que des patients atteints de la COVID-19 dormaient sous des tentes installées près des hôpitaux.

Le président Vizcarra a assuré de son côté que le gouvernement avait l’intention de ramener la situation à la normale dans les meilleurs délais.

Mardi, le chef de l’État a demandé pardon à Celia Capira, expliquant ne pas l’avoir vue.  

« C’est regrettable que le mari de Mme Celia soit décédé, je lui présente mes condoléances et mes excuses sincères de ne pas l’avoir écoutée », a-t-il déclaré.

Le Pérou est le deuxième pays de la région avec le plus de cas (371 096), derrière le Brésil et le troisième en nombre de décès (17 654), après le géant sud-américain et le Mexique.