(Berlin) Le Germano-Argentin Luis Esteban Kyburg, visé par un mandat d’arrêt international de l’Argentine qui l’accuse de crimes contre l’humanité durant la dictature militaire, se trouve à Berlin depuis 2012 et les autorités allemandes refusent de l’extrader, affirme Bild vendredi.

Agence France-Presse

Sollicité par l’AFP, le parquet de Berlin ne s’est pas encore prononcé sur ces informations.  

La justice argentine a fait une demande d’extradition à l’Allemagne le 25 mars 2015 pour cet Argentin de 72 ans, également détenteur d’un passeport allemand, selon le quotidien. Mais « les autorités allemandes ont rejeté cette requête en s’appuyant sur une pratique selon laquelle elles n’extradent pas leurs ressortissants vers des pays tiers », selon la même source.

Durant la dictature argentine entre 1976 et 1983, Luis Esteban Kyburg était commandant d’une unité d’élite de nageurs de combat, « Agrupacion Buzos Tacticos », qui a participé à des « escadrons de la mort » chargés d’exécuter des opposants et des voix critiques du régime argentin, poursuit Bild.

Kyburg est soupçonné d’avoir été impliqué dans ces crimes. Interrogé par le quotidien, il a répondu : « J’attends ici. Tribunal en Allemagne, pas en Argentine. J’attends. Innocent. Dans le calme ».

L’ONG berlinoise ECCHR a estimé que l’Allemagne ne devait « pas être un havre de sureté pour les criminels de la dictature militaire argentine », appelant le parquet allemand à engager des poursuites contre Kyburg.