(Lima) Le Pérou, second pays le plus touché d’Amérique latine par la pandémie de coronavirus derrière le Brésil, fait face à une pénurie d’oxygène médical, a reconnu samedi le ministère de la Santé.  

Agence France-Presse

Les 9500 malades hospitalisés dans le pays ont conduit le système hospitalier péruvien au bord de l’effondrement, notamment à cause du manque d’oxygène, qui a été décrété jeudi « ressource stratégique » par les autorités.  

Selon des sources du ministère de la Santé, il manque dans le pays quelque huit mille bouteilles d’oxygène médical, que ne peuvent produire des usines submergées par la demande.  

Le gouvernement a annoncé des mesures afin de fournir des bouteilles d’oxygène le plus vite possible et de les importer si nécessaire.  

« Soyez prudents, ce n’est pas le moment de tomber malade. Aujourd’hui, encore moins qu’avant, ce n’est le moment de tomber malade, car notre système de santé est très impacté », a déclaré à la presse le ministre de la Santé, Victor Zamora.  

Quelque 190 000 cas de COVID-19 ont été détectés dans le pays. Le chiffre officiel des morts est de 5301, une augmentation de 139 au cours des dernières 24 heures.  

Le pays en est à son 83e jour de confinement obligatoire. Il a provoqué pour quatre Péruviens sur dix la perte totale de leurs revenus, selon l’institut Ipsos.