(Miami) Le président brésilien Jair Bolsonaro a cherché lundi à minimiser la menace que constitue le nouveau coronavirus et à relativiser la journée noire que les Bourses du monde entier ont connu, en marge d’une visite en Floride.

Leila MACOR
Agence France-Presse

La chute des Bourses mondiales lundi « concerne essentiellement le prix du pétrole, qui a chuté de 30 %, et la question du coronavirus, aussi », a déclaré le président d’extrême droite à environ 200 sympathisants brésiliens à Miami.

« Je crois que le pouvoir destructeur de ce virus est surestimé », a-t-il assuré.

La Bourse de Sao Paulo a encaissé lundi sa plus forte chute en une séance depuis 1998, à 12,17 % à la clôture, tandis que le cours de Petrobras a plongé de près de 30 %, en pleine panique autour du krach pétrolier et des conséquences économiques du coronavirus.

M. Bolsonaro effectue une visite en Floride axée sur le renforcement de son amitié avec le président américain Donald Trump et son soutien à l’opposition au Venezuela.

Sa visite a débuté samedi par un dîner avec le président américain Donald Trump, qui l’a reçu à sa résidence de Mar-a-Lago dans la ville de Palm Beach, au nord de Miami.

Au moins deux élus proches du président américain étaient en quarantaine volontaire lundi après avoir été exposés au coronavirus, rapprochant d’un coup la menace de la Maison-Blanche.