(Mexico) Les autorités mexicaines ont déposé plainte vendredi pour le détournement présumé de plus de 200 millions de dollars du trésor public vers des entreprises appartenant à des proches d’un ex-ministre mexicain de la sécurité publique, récemment arrêté aux États-Unis.

Agence France-Presse

Genaro Garcia Luna, qui fut ministre de 2006 à 2012, a été arrêté le 9 décembre au Texas, accusé de complicité de trafic de drogue et d’avoir accepté des pots-de-vin pour protéger le cartel de Sinaloa.

À la suite de cette détention, les services du ministère des Finances mexicain ont découvert des transferts d’argent en provenance de « plusieurs organismes » d’État vers des entreprises de la famille de l’ancien ministre, a expliqué Santiago Nieto, chargé de cette cellule d’enquête du ministère.  

« Durant les années 2013, 2017 et 2018, il y a des transferts pour un total de 2,6 milliards de pesos (139 millions de dollars) et pour 77 millions de dollars lors d’autres transferts vers une entreprise (basée au Panama) qui envoyait des fonds vers d’autres entités en Israël, en Lettonie, au Panama, en Chine, aux États-Unis, à La Barbade, à Curaçao », a détaillé Santiago Nieto lors de la conférence de presse quotidienne du président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador.

 » Qu’est-ce qui nous intéresse là-dedans ? La triangulation des ressources (qui pointent) vers l’entreprise de la famille de M. Garcia Luna et surtout que cette entreprise panaméenne finissait par payer le train de vie à Miami de M. Garcia Luna », a-t-il ajouté.  

M. Garcia Luna avait été mis en cause fin 2018 lors du procès du narcotrafiquant mexicain Joaquin Guzman alias « El Chapo » . Un ex-responsable du cartel de Sinaloa avait alors témoigné lui avoir apporté des valises contenant six à huit millions de dollars de pots-de-vin, pour assurer la protection du cartel.

Il avait immédiatement rejeté ces accusations comme « fausses », sur son compte Twitter.

Selon le procureur de Brooklyn, qui espère juger M. Garcia Luna à New York, l’ancien ministre mexicain âgé de 51 ans vit en Floride depuis 2012, et a demandé sa naturalisation américaine en 2018, « en mentant sur son passé criminel lié au cartel de Sinaloa » .