(Bogota) Un journaliste est poursuivi par la justice en Colombie pour un livre d’enquête sur des abus sexuels commis par des prêtres catholiques contre des mineurs et, si son ouvrage a échappé à la censure, un juge l’a enjoint de révéler ses sources.

Agence France-Presse

Juan Pablo Barrientos, 37 ans, auteur de Dejad que los niños vengan a mí (Laissez venir à moi les petits enfants, NDLR) est victime de « faits de censure et de harcèlement judiciaire », a dénoncé la Fondation pour la liberté de la presse (FLIP).

Le 1er octobre, ce journaliste a publié son ouvrage d’investigation sur ces abus couverts par le clergé dans un pays à forte majorité catholique.

Mais trois des personnes mentionnées dans l’enquête, dont deux religieux, ont intenté un référé en exigeant de suspendre la « reproduction, commercialisation et vente du livre ».

L’un des recours judiciaires exige en outre qu’il révèle une de ses sources, sous peine d’« actions disciplinaires et/ou pénales ».

Les plaignants invoquent l’atteinte à leur bonne renommée et la violation de la présomption d’innocence.

Bien que le juge ait rejeté jeudi la demande de suspension de la publication, il a ordonné d’identifier la source.

« En ce qui me concerne, je ne vais pas révéler la source, que le juge fasse ce qu’il a à faire. Si j’agissais ainsi, j’ouvrirais une brèche terrible qu’il serait très difficile de refermer ensuite », a déclaré Juan Pablo Barrientos à l’AFP.

La FLIP, qui lui prête assistance judiciaire, souligne que la protection des sources est garantie par la loi et que c’est un droit inviolable des journalistes.

Selon M. Barrientos, son ouvrage met en lumière « des cas de pédérastie et d’abus de mineurs dans tout le pays » et constitue une « radiographie de la dissimulation de curés pédérastes ici, en Colombie ».

La majorité des abus relatés dans le livre ont été commis dans l’Antioquia (nord-ouest) et Mgr Ricardo Tobon, archevêque de Medellin, chef-lieu de ce département très conservateur, y est dénoncé pour avoir couvert l’un des religieux.

Le Parquet général a précisé à l’AFP qu’il menait 37 enquêtes contre des prêtres pour abus sexuels présumés, tandis que l’archevêché de Medellin a affirmé qu’il « ne tolère pas » de tels crimes, reprenant en cela la ligne du Vatican.

Au moins six prêtres sont actuellement emprisonnés pour viol sur mineurs dans le pays.

Le scandale médiatique causé par les poursuites engagées contre M. Barrientos a fait flamber les ventes de son livre et la maison d’édition Planeta a précisé à l’AFP qu’elle en préparait un deuxième tirage.