(Lima) La justice péruvienne a ordonné la démolition d’un hôtel de la chaîne Sheraton à Cuzco, qui lors de sa construction avait entraîné le démantèlement de murs incas vieux de cinq siècles dans un quartier appartenant au patrimoine mondial de l’Humanité, a rapporté dimanche la presse locale.

Agence France-Presse

Cette décision met fin à un bras de fer judiciaire de trois ans entre les autorités de la ville de Cuzco, ancienne capitale de l’empire inca située dans le sud-est du Pérou, et l’entreprise péruvienne de BTP chargée de la construction de l’hôtel, R & G SAC.

Le bâtiment « porte atteinte à l’harmonie et à la configuration typologique du centre historique de Cuzco », a estimé le juge Wilber Bustamante de la Cour supérieure de justice de Cuzco dans son jugement, cité par le quotidien El Comercio.

Le juge a ordonné la restauration des murs incas détruits pour construire l’hôtel, mais « les dommages sont irréversibles », a déploré le président du comité technique du conseil régional de Cuzco, Carlos Somocursio, qui avait porté plainte contre les promoteurs, sur la chaîne TV Peru.

L’hôtel de sept étages avait été construit dans une zone où la hauteur des immeubles est normalement limitée à deux étages. Le ministère de la Culture avait infligé une amende de 2,2 millions de dollars à l’entreprise de bâtiment.

L’immeuble, dont la construction avait été interrompue en 2016 par les autorités alors qu’il était quasiment achevé, se trouve dans le quartier monumental de Cuzco, déclaré patrimoine culturel de l’Humanité par l’UNESCO en 1983.

Selon les autorités, les murs incas ont été détruits sans autorisation entre 2012 et 2014 par l’entreprise en charge des travaux. La marque Sheraton appartient à la chaîne d’hôtels américaine Marriott International, basée à Bethesda, dans la banlieue de Washington.

Cuzco, l’une des principales destinations touristiques du Pérou, est un point de passage obligatoire pour se rendre à la citadelle inca de Machu Picchu.