(Cúcuta) Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a appelé dimanche le président Nicolas Maduro à lever le blocus frontalier pour laisser entrer l’aide humanitaire au Venezuela, lors d’une brève visite dans la ville de Cucuta, en Colombie.

Agence France-Presse

« M. Maduro, ouvrez ces ponts, ouvrez ces frontières. Vous pouvez mettre fin à tout cela aujourd’hui », a déclaré le chef de la diplomatie américaine lors d’une conférence de presse à Cucuta (est), en présence du président colombien, Ivan Duque.  

« Les États-Unis vont continuer à utiliser tous les moyens politiques et économiques à leur disposition pour aider les Vénézuéliens », a poursuivi M. Pompeo, en référence aux sanctions économiques et diplomatiques infligées par Washington pour tenter d’asphyxier économiquement le pouvoir chaviste.

« L’usurpation (du pouvoir) par Nicolas Maduro doit prendre fin », a insisté le secrétaire d’État, appelant « les acteurs démocratiques au Venezuela à ne pas se décourager ».  

Après avoir rencontré des réfugiés vénézuéliens, le secrétaire d’État s’est rendu à l’entrée du pont Simon Bolivar, reliant Cucuta à San Antonio de Tachira (Venezuela), fermé par Caracas depuis le 22 février, comme trois autres ponts frontaliers de la ville.  

Cette fermeture était intervenue à la veille d’une opération lancée par l’opposition et destinée à faire entrer des tonnes d’aide humanitaire, essentiellement envoyée par les États-Unis à la demande de Juan Guaidó, chef du Parlement, reconnu président par intérim par une cinquantaine de pays.  

Le président Maduro, qui a annoncé mercredi un accord avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) pour une distribution d’« aide humanitaire » dans le pays, avait bloqué l’opération qu’il considérait comme un prétexte pour une intervention militaire. Des heurts à la frontière avait fait sept morts et des centaines de blessés.

« Le niveau de cynisme de M. Pompeo est vraiment culotté. Les conséquences du blocus criminel de son gouvernement contre le Venezuela ne sont pas quantifiables », a réagi sur Twitter le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Jorge Arreaza, dénonçant « la fausse aide humanitaire du show de Cucuta ».

La visite du secrétaire d’État en Colombie était la dernière étape d’une tournée entamée vendredi en Amérique du Sud pour maintenir la pression sur le président vénézuélien. M. Pompeo s’est rendu au Chili, au Paraguay et au Pérou.  

Le Venezuela traverse une profonde crise politique et économique. Plus de 2,7 millions de Vénézuéliens ont quitté le pays depuis 2015, fuyant les pénuries de produits de base et de médicaments, aggravées ces dernières semaines par des pannes d’électricité à répétition.