Source ID:836b4b6206b73710943cbb32782733db; App Source:StoryBuilder

Washington ne reconnaîtra pas la présidence de Maduro

Nicolas Maduro, réélu le 20 mai lors d'un scrutin... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Nicolas Maduro, réélu le 20 mai lors d'un scrutin boycotté par l'opposition, entame jeudi un deuxième mandat de six ans.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Les États-Unis ne reconnaîtront pas la légitimité du président vénézuélien fraîchement réélu Nicolas Maduro, et augmenteront la pression sur son régime, a déclaré jeudi le conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche, John Bolton.

«Les États-Unis ne reconnaîtront pas l'investiture illégitime de la dictature Maduro. Nous continuerons d'augmenter la pression sur ce régime corrompu, de soutenir l'Assemblée nationale démocratique et d'appeler à la liberté et à la démocratie au Venezuela», a tweeté John Bolton.

Au cours d'une session extraordinaire sur la situation dans le pays sud-américain, l'Organisation des États américains (OEA) a pour sa part approuvé une résolution visant à déclarer «illégitime» le gouvernement de M. Maduro.

La résolution «appelle à de nouvelles élections présidentielles avec toutes les garanties nécessaires pour un procédé libre, juste, transparent et légitime», explique le texte, adopté par 19 voix (6 contre, 8 abstentions et 1 absence).

Nicolas Maduro, réélu le 20 mai lors d'un scrutin boycotté par l'opposition, entame jeudi un deuxième mandat de six ans.

Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a quant à lui appelé le peuple vénézuélien à travailler avec l'Assemblée, contrôlée par l'opposition.  

«Nous demandons aux soutiens du régime [...] d'arrêter de permettre la répression et la corruption, et de travailler avec l'Assemblée nationale et son dirigeant dûment élu, Juan Guaido, en accord avec votre Constitution, pour un retour paisible à la démocratie», a déclaré le secrétaire d'État dans un communiqué.

Jeudi soir, le département d'État américain a fait part d'un entretien téléphonique entre Mike Pompeo et le président de l'Assemblée, Juan Guaido.  

«Le secrétaire a réaffirmé l'engagement des États-Unis envers l'Assemblée nationale, la seule institution légitime et la dernière élue démocratiquement au Venezuela, et envers le rétablissement de la démocratie (dans le pays)», a indiqué, par communiqué, un porte-parole de la diplomatie américaine, Robert Palladino.  

L'Union européenne (UE) et les pays du Groupe de Lima - qui rassemble depuis 2017 des pays d'Amérique latine et le Canada - ont également annoncé qu'ils ne reconnaîtraient pas le deuxième mandat du président vénézuélien.

Washington a déjà annoncé de nouvelles sanctions financières contre des personnalités et des entreprises au Venezuela.

Nicolas Maduro, 56 ans, a prêté serment jeudi devant le Tribunal suprême électoral (TSJ) et non devant le Parlement, seule institution aux mains de l'opposition.  




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer